Ces enfants qu’on ne vaccine plus

WM s'interroge
ces-enfants-qu-on-ne-vaccine-plus

Image prise ici (www.paroledemamans.com/bebe-0-3-ans/actualites-bebe-0-3-ans/semaine-europeenne-de-la-vaccination)

J’ai découvert une pratique dont je ne soupçonnais pas l’existence

Et pourtant, vous commencez à me connaître, je suis plutôt branchée actualités, questions de société, réflexions sur la vie toussa toussa. Mais bon, on ne peut pas se tenir informés sur tout et tout le temps, tout de même.

Donc, j’ai découvert récemment une pratique apparemment répandue: le refus de la vaccination chez les enfants.

Je ne sais pas trop quoi en penser.

Mais quoi qu’il en soit, ça me pose sérieusement question. Et à défaut d’avoir une vraie réponse, je vais juste en causer avec vous, en précisant que je n’émets pas de jugement de valeur sur les gens qui font ce choix. Je dis juste qu’il est suffisamment lourd de sens pour que d’autres s’interrogent et débattent de cette pratique.

Selon les partisans de la non-vaccination, l’administration des vaccins présenterait des risques, pouvant aller jusqu’à la mort en cas de réaction violente du jeune enfant lors de l’injection. En fouinant sur le net j’ai trouvé différents chiffres, mais pas de valeurs redondantes, donc je ne citerai pas de données démographiques précises pour étayer ma réflexion. Il n’en reste pas moins que la proportion d’accidents par rapport au nombre de vaccinations semble être infime. Et quelque part, ça ne m’étonne pas tant que ça: si les vaccins tuaient à tour de bras, ça se saurait, enfin j’imagine…Bref.

L’utilisation des vaccins a permis, sinon d’éradiquer, au moins de stopper la prolifération de nombre de maladies extrêmement graves, fatales pour la plupart: la coqueluche, la tuberculose, la rubéole…D’ailleurs, il y a quelques années, la Grande Bretagne a connu une recrudescence terrible de la coqueluche et une nette augmentation de la mortalité infantile après avoir rendue facultative l’administration du vaccin. Décision sur laquelle le gouvernement a très vite fait volte-face au vu de la catastrophe sanitaire qui se profilait si la vaccination ne reprenait pas rapidement.

Alors c’est vrai que moi, quand je découvre que des parents font le choix de ne pas vacciner leurs enfants, la première chose que j’ai envie de leur demander c’est: « est-ce que vous savez ce que c’est qu’une coqueluche? Ou une tuberculose? Est-ce que vous pensez vraiment que c’est un acte d’amour de faire le choix de ne pas le protéger contre ces maladies atroces parce qu’il y a un risque infime que l’accident survienne? C’est vraiment cette mort là que vous voulez pour lui? »

Mais ça ne fait pas avancer le débat ce genre de questions. Du coup je ne sais pas, si jamais il se trouve parmi mes lecteurs des gens qui ont fait ce choix de ne pas vacciner leurs enfants et qui voudraient expliquer pourquoi ils ont pris cette décision, votre témoignage m’intéresserait vraiment. Quand à l’avis des autres…il est bien entendu, et comme toujours, le bienvenu.

Vous avez 4 heures.

Edit suite au commentaire de Petit Monstre: j’ai oublié de préciser que je ne suis pas pour la vaccination à tour de bras. Par exemple, la grippe H1N1, je n’y suis pas allée. Dans l’article, je parle surtout des vaccins « vitaux »: coqueluche, rubéole, tétanos, polio, tuberculose…Merci Petit Monstre de m’avoir fait penser à cette précision^^.


Nombre de vues: 2113
Dernier Populaire