Allaitement à l’amiable

Cette ChouChou > Featured > Materner au quotidien > WM parle d'allaitement

18 mois de tétées.

Ca faisait longtemps qu’on n’avait pas parlé allaitement ici, ou du moins de notre allaitement, à ma fille et moi. 18 mois que ça dure…et que ça a beaucoup évolué.

D’un allaitement à la demande, nous sommes progressivement passées à un allaitement « à l’amiable ». J’avais lu cette expression plusieurs fois sur internet, à une époque où la transition n’était pas encore faite chez nous, et aujourd’hui je la trouve très juste. Il semblerait que dans l’imaginaire collectif, du moins si j’en crois tout ce que j’entends autour de moi lorsque je dis que Lou est encore au sein, allaiter un bambin revient à conserver un nourrisson ad vitam aeternam qui passe sa journée à téter sans rien ingurgiter d’autre que du lait.

C’est un raisonnement qui me surprend toujours énormément. Je sais qu’il est du à l’absence de référent, personne ne voit personne allaiter donc on peut s’ouvrir à tous les scénarios possibles puisqu’on ne sait pas, on ne sait plus, comment tout cela fonctionne. Mais pourtant, les enfants qui ne sont pas allaités, à 18 mois ils prennent encore des biberons, non? Et dans leur biberon, il y a bien du lait?Et personne ne demande à leur mère s’ils mangent autre chose que ce lait, ça paraît évident à tout le monde que l’enfant de 18 mois mange des solides, et depuis un bon moment.

Mais non. Moi on me demande, à chaque fois, si du coup « elle ne prend que ça? ». Ou bien si « ce n’est pas trop dur les tétées toute la journée? » Questions qui interviennent alors même qu’on est au parc le plus souvent, qu’elle peut passer 45 minutes sans venir me voir et que bien souvent elle ne tète pas du tout pendant les 2 ou 3 heures de sortie car elle bien autre chose à faire (jouer avec les copains, courir, glisser sur le toboggan à plat ventre ou à l’envers…) ou qu’elle se balade avec un sablé dans la main. Bizarre toutes ces questions, comme si parfois il était rassurant pour l’entourage de se dire que l’allaitement c’est pour les bébés non? Et si on allaite un grand, forcément il reste un bébé, il ne peut pas grandir correctement? Ah mince en fait non, avec les grands ça marche aussi?

Ben oui :)

Bref. Tout cela pour dire que notre allaitement est passé « à l’amiable » depuis que Lou a environ 14 mois. « Maman tétée! » « Oui deux minutes ma bébée je fais un truc, j’arrive ».

« Maman encore tétée? »
« Tu pourras téter quand j’aurai rangé la chambre »
« Maman encore tétée? »
« Tu pourras téter quand le dîner sera prêt ».

Ma journée est ponctuée de petites négociations de ce type. J’essaye par contre qu’elle ne soit pas la seule à faire des efforts. Souvent je lui demande des concessions, de patienter, je lui apprends que j’ai moi aussi mes occupations et que parfois je ne peux pas les interrompre. Mais parfois aussi c’est à moi de faire des concessions, et d’accepter une tétée que j’aurais préféré repousser de vingt minutes. Alors je dis « bon d’accord on y va » et elle dit « bavo, c’est super! » en tapant dans ses mains. Une petite astuce qui me semble importante: quand elle me demande à téter, et que je ne peux pas/veux pas accéder à la demande de suite, je ne dis pas « non », c’est la crise assurée, elle ne comprend pas pourquoi elle n’a pas le droit. Par contre je lui donne un petit repère temporel qui lui rappelle que bien sûr, elle a toujours le droit de téter, mais que par contre il faut patienter: « quand j’aurai fait ceci », « quand on ira là ». En général ça se passe plutôt bien, elle s’occupe à autre chose en attendant, sans crise et sans pleurs.

Les tétées s’espacent petit à petit.

Nous avons passé il y a peu une période un peu dure de grosses poussées dentaires où elle a réclamé à téter sans cesse…pas étonnant, le lait maternel a des propriétés antalgiques et nos bébés savent ce qui les soulage. Et effectivement pendant trois semaines, hormis les périodes de sorties où elle pensait à autre chose, j’ai eu l’impression d’avoir à nouveau un nouveau-né à la maison. Au sein en permanence…et j’en ai eu bien marre. A 6 mois, avoir un bébé au sein toute la journée, je le conçois très bien. A 18 mois, c’est juste impossible, c’est une de mes limites au maternage…Mais la poussée dentaire s’est arrêtée, l’effet pot de colle avec, et le ras-le-bol s’est envolé. C’est la première et seule fois où je me suis dit que j’en avais marre et que j’ai envisagé un sevrage plus précoce que je ne l’imaginais. De toute façon, sevrer n’aurait pas annulé son besoin de maman en cas de douleur ou de maladie, et il aurait fallu être là autant qu’avant. Juste d’une autre façon…et donc ça n’aurait sûrement pas changé grand chose à nos affaires.

Mais c’est passé donc, et on a retrouvé un rythme de tétées habituel: Lou est complètement sevrée la nuit depuis un peu plus d’un mois maintenant, donc elle tète le matin au réveil (on flane pendant une bonne heure au lit, cette chance^^), souvent une fois (parfois 2) dans la matinée, une fois au déjeuner, une fois avant la sieste et une fois au réveil. C’est là qu’ensuite les tétées commencent à disparaître, du moins j’ai l’impression: tous les après-midi nous allons environ trois heures au parc, créneau pendant lequel elle ne tète quasiment jamais. Elle reprend ensuite une tétée au dîner puis juste avant que son père monte lui lire l’histoire et la coucher, mais cela fait trois fois cette semaine que cette tétée saute…Du coup, à partir de 16h, il n’y a parfois plus qu’une seule tétée, celle du dîner, avant le lendemain 7h.

J’imagine que cette disparition progressive des tétées du soir annonce les prémices de son sevrage, mais vu la fréquence en journée je pense que ce n’est pas encore d’actualité, juste une amorce…mas on en parlera plus tard, il faut que j’y aille!

Il est 11h48, ça fait 20 minutes qu’elle négocie…

allaitement-amiablePhoto: Bernard Jaubert

Nombre de vues: 6054
Dernier Populaire