La zigounette surprise

WMinus en approche
la-zigounette-surprise

C’est poétique comme titre, tu ne trouves pas?

J’avais pensé à quelque chose du type « Tu ne seras pas un homme, ma fille », mais en fait non. Ca vous aurait fait croire que je savais déjà le sexe mais, surtout, que je vous l’annonçais. Or, il est dit depuis le début de ma couvade que Gros Chéri et moi avons décidé de garder la surprise pour le jour du démoulage.

Un WMinus en fait, c’est un peu comme un Kinder. Tu l’as avec toi, tu essayes de deviner ce qu’il y a dedans, mais tu sais pas. Et puis un jour tu l’ouvres et là, c’est la surprise. Une TinyTurtle, une figurine Asterix…on ne peut jamais savoir. Tu me diras, avec les WMinus, ce n’est aps tout à fait comme les kinder, on n’ a pas 36 possibilités non plus. Fille, garçon, 50/50.

Seulement il est pas arrivé le jour où je vais l’ouvrir, mon Kinder.

Et je sens l’impatience grandir. Après 15 semaines à couver, il commence à m’intriguer ce bébé. Fille, garçon? Maintenant que je sais que les jeux sont faits là-dedans, j’ai du mal à me dire « non, tu ne demanderas pas le sexe avant la naissance ». J’étais pourtant assez convaincue que ce serait facile à faire. On en avait causé avec Gros Chéri, on était d’accord: on garde la surprise. On garde le Kinder pour le jour J.

Quand j’étais gosse, et même plus tard en étant ado, mon rêve de maternité se plaçait clairement sur une fille. Je n’ai pas eu de soeur, ceci explique peut-être cela. Et puis, en grandissant, et l’âge de la maternité approchant, cette envie a changé. Quand on a commencé à parler d’un éventuel baby avec Gros Chéri, j’ai petit à petit visualisé un garçon. Et depuis le tout premier jour, depuis le pipi fatidique, je ne parviens pas à voir autre chose qu’un garçon. Mes parents, mes frangins ont cette même conviction. Mais c’est peut-être justement parce que notre famille n’est composée presque que de garçons (5 enfants, une seule fille) que nous n’arrivons pas à envisager autre chose. Dans mon modèle familial, maternité rime avec masculinité. Je ne sais pas ce que c’est que de voir ma mère accoucher d’une fille. C’est peut-être ce qui fait que dans mon esprit, je ne peux pas non plus enfanter au féminin.

Quoiqu’il en soit, je n’ai pas de préférences. NOUS n’avons pas de préférences. Gros Chéri se fiche du sexe, et quand on en parle il me dit « de toute façon, on n’a pas le choix. Préférer l’un ou l’autre, c’est prendre le risque de ne pas avoir ce qu’on espérait. Je ne préfère aucun des deux, et donc je serai forcément ravi ».

Il est intelligent mon Gros Chéri hein? Avoue.

Prochaine rencontre dans 4 semaines.

D’ici là, j’aurai encore cogité. Je le/la sentirai bouger. Il/elle va prendre corps dans mon quotidien. Mais plus ça avance et moins je suis convaincue que je réussirai à détourner le regard lorsque le médecin me dira « si vous ne voulez pas savoir, tournez la tête ». Et encore moins que je ne vais pas passer l’écho à chercher justement, moi-même, à déceler la forme de sa zigounette.


Nombre de vues: 2934
Dernier Populaire