Planifier ses repas : optimisation des courses et réduction du gaspillage (+ mon planning de la semaine à télécharger)

Alimentation raisonnée > Ecologic Girl! > Réduction des déchets > WM cuisine

acheter-au-marche-bio

Le gaspillage alimentaire, je déteste.

Et pourtant j’en ai longtemps été responsable, préparant des plats en trop grande quantité par exemple, et nous ne parvenions pas finalement à gérer les restes correctement, et en fin de semaine il était courant que certains tups partent à la poubelle.

J’ai testé plusieurs choses pour réduire ce gaspillage et améliorer l’intendance des courses à la maison, et je pense avoir trouvé ce qui nous convient le mieux pour le moment : planifier les repas sur la semaine. J’y trouve plusieurs avantages :

1) Une vue d’ensemble de l’équilibre alimentaire

Je suis attachée depuis longtemps, même du temps où mon régime alimentaire était beaucoup plus riche en viande et poisson, à mener une alimentation équilibrée et ce même si on est pressés ou si l’on sait que tel ou tel jour le repas de midi sera un peu plus speed. Prévoir à l’avance permet d’imaginer ces plats rapides avant de se retrouver à l’heure du déjeuner et de se dire « bon, qu’est-ce qu’on mange » pour finir par le truc le plus rapide qui nous passe sous la main : des pâtes à rien. J’exagère, mais parfois on n’en est pas loin^^

2) Un gain de temps et d’organisation

Le planning quotidien étant bien rempli, savoir à l’avance de quoi seront composés les menus le midi et le soir me permet d’inclure les temps de préparation dans mon schéma du jour, en étalant pourquoi pas certaines choses en fonction des créneaux dont je dispose : nettoyer la salade le matin après le café car j’ai 5 minutes, faire tremper mes pois-chiches la veille au soir pour qu’ils soient prêts à cuire vers 10h30 et à servir vers 12h, éplucher mes carottes pendant la sieste et terminer les préparatifs dans la demie-heure avant le dîner… Depuis que nous optons pour la planification de nos repas hebdomadaires, nous mangeons plus varié de façon générale car l’anticipation permet d’insérer des aliments qui demandent une préparation en amont ou la veille, par exemple, chose qui n’est pas faisable (ou difficilement) quand on cuisine en instantané au quotidien.

3) Une meilleure maîtrise de mon budget alloué à l’alimentation

Lorsque je réalise ma liste de courses, mon planning hebdomadaire me permet de savoir exactement les quantités dont j’ai besoin car je lui ajoute une colonne, sous les repas, listant les ingrédients nécessaires et leur quantité pour chaque plat. Cela permet une bonne maîtrise car on ne prend que les justes quantités. Il est facile de gonfler un ticket de caisse de 10€ en prenant les quantités de légumes un peu à l’oeil, genre 500gr de brocolis au lieu des 300 nécessaires, 3 tomates de trop, 1 poireau en plus, etc etc…la note monte vite dans ces cas là, et le risque du gaspillage n’en est que plus grand. Les euros (et la nourriture) qui finissent à la poubelle, c’est triste…ici on constate une réduction du budget alimentaire associée à une réduction du gaspillage de façon très claire.

Vous trouverez en fin de billet mon planning repas pour cette semaine (ou plutôt de ce soir à vendredi soir car la semaine alimentaire est un peu raccourcie par divers déplacements et absences, et sans les desserts qui ici sauf invités sont essentiellement constitués de yaourts végétaux que l’on aromatise de diverses manières (avec de la coco râpée, de la confiture, du miel…) et de fruits de saison) avec cette fameuse ligne supplémentaire des ingrédients. Le budget pour un tel tableau, avec des achats uniquement en magasin bio (et en sachant que j’avais déjà à disposition les champignons de Paris, le boulghour et le quinoa) revient cette semaine à 32,11€ pour 3 personnes sur 6 repas, soit une moyenne de 1,80€ par personne et par repas. Si j’avais du rajouter les champignons et les deux céréales, on aurait atteint 2€ par personne et par repas. On voit d’entrée l’impact de l’absence de la viande et du poisson sur le budget nourriture global, je m’en étonne chaque semaine quand je fais le compte précis du coût de notre alimentation, et on sent bien la différence les semaines où on a envie d’un plat carné.

4) Une manière d’élargir les préparations alimentaires

Les plannings précédents permettent d’éviter trop de redondance d’une semaine sur l’autre, mais aussi d’un jour sur l’autre, et de faire sa liste de courses de façon plus variée. « Ah non on a eu des pâtes avant hier, donc là on va mettre du quinoa. Et là, comme on a du riz à midi, plutôt du boulghour ». Pour faire ça, une vue d’ensemble des repas passés et à venir est bien pratique.

Choisir ses recettes

Parfois c’est bien compliqué de ne pas retomber toujours dans les mêmes recettes d’une semaine sur l’autre, on pense souvent aux même choses. A force de manger sans viande, il devient plus simple d’élargir les idées mais tout de même, je garde des difficultés pour avoir seule des idées très variées. Du coup je m’aide notamment d’un livre acquis récemment, Ma cuisine végétarienne pour tous les jours (www.amazon.fr/gp/product/2842211618/ref=as_li_tf_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=2842211618&linkCode=as2&tag=workmama-21), qui présente pas loin de 500 recettes différentes et très simples pour le quotidien, ne nécessitant que peu de préparation et permettant une alimentation équilibrée, complète et très variée. Avant de faire ma liste de courses, je regarde dans ce petit livre et je crée mon menu hebdomadaire de cette façon.

Depuis bientôt trois semaines que je possède ce livre, nous n’avons pas mangé deux fois le même plat. L’intérêt étant qu’il présente les recettes par ordre alphabétique mais aussi par ingrédient. De quoi utiliser intelligement un excédent de navet ou de carottes, le demi chou-fleur ramené de chez belle-maman ou la courge spaghetti offerte par la tante Gertrude. De bonnes idées aussi pour accommoder les diverses céréales (riz, semoule, boulghour, millet, flocons en tous genre…) et les légumineuses. Un très bon investissement que je ne regrette pas du tout. Avant de l’avoir, je fouinais sur Internet à la recherche de bonnes idées recettes, avec le site Ptichef (www.ptitchef.com/) notamment qui présente lui aussi des idées par ingrédients.

Nous franchissons une nouvelle étape cette année en terme de réduction des déchets

Avec l’investissement dans des bocaux en verre à fermeture mécanique (comme ceci par exemple (www.bouteilles-et-bocaux.com/shop/800ml-pot-fermeture-mechanique.html?XTCsid=95e52ffca71e4fd415e80a70810ab6a3)), et l’achat au poids de toutes les céréales (pâtes, riz, boulghour et compagnie) et légumineuses (lentilles diverses, pois chiches etc), ainsi que de tous les aliments sucrés du matin du type muesli , ainsi que les fruits secs. De quoi réduire drastiquement la quantité d’emballages générés à la maison (exit les paquets de riz de 250gr qui se jettent, les plastiques pour les pâtes ou les lentilles, les emballages des paquets de céréales…) Comme nous consommons beaucoup de yaourts végétaux et avant que je me mette à les faire moi-même (mais il faut que je teste plusieurs recettes encore avant de me lancer vraiment), nous ne les achetons plus par petits conditionnements traditionnels de 125gr en packs mais par gros pots de 500gr, un peu comme on achèterait du fromage blanc. Mais je détaillerai tout ceci dans un autre billet prochainement.

Si vous avez des liens, astuces, techniques pour optimiser vos courses et réduire le gaspillage, n’hésitez pas à les partager en commentaires!

Télécharger le planning repas (végétarien) du 4 au 7 février 2014

Nombre de vues: 7720
Dernier Populaire