La zigounette surprise

WMinus en approche
la-zigounette-surprise

C’est poétique comme titre, tu ne trouves pas?

J’avais pensé à quelque chose du type « Tu ne seras pas un homme, ma fille », mais en fait non. Ca vous aurait fait croire que je savais déjà le sexe mais, surtout, que je vous l’annonçais. Or, il est dit depuis le début de ma couvade que Gros Chéri et moi avons décidé de garder la surprise pour le jour du démoulage.

Un WMinus en fait, c’est un peu comme un Kinder. Tu l’as avec toi, tu essayes de deviner ce qu’il y a dedans, mais tu sais pas. Et puis un jour tu l’ouvres et là, c’est la surprise. Une TinyTurtle, une figurine Asterix…on ne peut jamais savoir. Tu me diras, avec les WMinus, ce n’est aps tout à fait comme les kinder, on n’ a pas 36 possibilités non plus. Fille, garçon, 50/50.

Seulement il est pas arrivé le jour où je vais l’ouvrir, mon Kinder.

Et je sens l’impatience grandir. Après 15 semaines à couver, il commence à m’intriguer ce bébé. Fille, garçon? Maintenant que je sais que les jeux sont faits là-dedans, j’ai du mal à me dire « non, tu ne demanderas pas le sexe avant la naissance ». J’étais pourtant assez convaincue que ce serait facile à faire. On en avait causé avec Gros Chéri, on était d’accord: on garde la surprise. On garde le Kinder pour le jour J.

Quand j’étais gosse, et même plus tard en étant ado, mon rêve de maternité se plaçait clairement sur une fille. Je n’ai pas eu de soeur, ceci explique peut-être cela. Et puis, en grandissant, et l’âge de la maternité approchant, cette envie a changé. Quand on a commencé à parler d’un éventuel baby avec Gros Chéri, j’ai petit à petit visualisé un garçon. Et depuis le tout premier jour, depuis le pipi fatidique, je ne parviens pas à voir autre chose qu’un garçon. Mes parents, mes frangins ont cette même conviction. Mais c’est peut-être justement parce que notre famille n’est composée presque que de garçons (5 enfants, une seule fille) que nous n’arrivons pas à envisager autre chose. Dans mon modèle familial, maternité rime avec masculinité. Je ne sais pas ce que c’est que de voir ma mère accoucher d’une fille. C’est peut-être ce qui fait que dans mon esprit, je ne peux pas non plus enfanter au féminin.

Quoiqu’il en soit, je n’ai pas de préférences. NOUS n’avons pas de préférences. Gros Chéri se fiche du sexe, et quand on en parle il me dit « de toute façon, on n’a pas le choix. Préférer l’un ou l’autre, c’est prendre le risque de ne pas avoir ce qu’on espérait. Je ne préfère aucun des deux, et donc je serai forcément ravi ».

Il est intelligent mon Gros Chéri hein? Avoue.

Prochaine rencontre dans 4 semaines.

D’ici là, j’aurai encore cogité. Je le/la sentirai bouger. Il/elle va prendre corps dans mon quotidien. Mais plus ça avance et moins je suis convaincue que je réussirai à détourner le regard lorsque le médecin me dira « si vous ne voulez pas savoir, tournez la tête ». Et encore moins que je ne vais pas passer l’écho à chercher justement, moi-même, à déceler la forme de sa zigounette.


VOS MESSAGES
Un commentaire
Laisser un commentaire

Sitefan dit :

Chez nous pas d’oeuf kinder! Car même si on fait tout pour ne pas y penser (impossible!), même si on n’a aucune préférence (bien que je doute que notre inconscient n’ait pas son mot à dire…), et bien malgré tout je reste persuadée que cette intime conviction que l’on a (qui ne m’a jamais trompée soit dit en passant!)peut malgré nous nous trouvé, nous laissé quelque peu « déçus » le jour J… Alors plutôt que de laisser notre inconscient jouer, plutôt que de se demander si cette intime conviction a toute sa raison ou s’amuse aussi, nous avons préféré savoir à chaque fois. Et la découverte de notre Kinder a donc eu lieu lors de la deuxième écho et à chaque fois, à partir de là, cela a été une grande fois car nous avons pu nous projeter dans ce bébé, imaginer et attaquer sa future chambre, commencer à remplir son armoire (parce que bon sinon faut aimer le blanc et le beige hein? ;) ) de couleurs bien girly, et surtout jouer au jeu de « mais comment va-t-on appeler notre fille? ». De grands moments de bonheur dont nous n’avons jamais voulu nous passer pour les trois autres bébés à suivre! Et puis j’avoue que pour les petits Kinder suivants, nous voulions à tout prix préparer au plus tôt le ou les aînés en leur expliquant que bébé s’appelait Ken ou Barbie, ce qui permet aux tout-petits de mieux concrétiser l’idée de « tu vas avoir un petit frère ou une petite soeur » qui bien souvent reste très flou pour lui tant qu’il ne l’a pas dans les bras! Dès le quatrième mois de grossesse, chacun de nos Kinder a fait partie de la famille car il ou elle avait déjà son prénom… Nous sommes convaincu que cela a joué dans le fait qu’il n’y a jamais eu de jalousie à la naissance car les plus grands étaient préparés… Je me souviens que lorsque j’attendais notre petite dernière, nos trois autres bambins, à tous les repas, lui souhaitaient « bon appétit Emmy! ». Bref, tout ça pour dire qu’il y a des personnes qui adorent les surprises et d’autres moins! Pour ma part, j’étais toujours déçue de ma surprise dans mon oeuf Kinder quand j’étais petite: j’avais toujours un truc pour garçon alors que j’espérais un oeuf pour fille (et vice et versa): ceci explique peut-être cela! lol :) ) En tous les cas, ce sera de toute façon le plus merveilleux des cadeaux ça tu peux me croire! ;) bizzzzzzzz

Sitefan dit :

ohlala les fautes de frappe et fautes tout court! pas simple de saisir et d’allaiter en même temps! ;) donc je rectifie: « trouver », « donner », « joie » au lieu de « fois », « jouet » au lieu de « oeuf »!!!! bon c’est pas dramatique mais bon c’est mieux comme ça quand même! :p

christine dit :

3 oeufs kinder !! j’ai pleure de rage à la sortie de l’echo pour n°3 car chéri a dit : non, je ne veux pas savoir !! au final, j’etais ravie !!

adeline dit :

perso, j’admire les parents qui ont la patience d’attendre la naissance pour savoir :)
mais j’ai aussi un gros besoin de savoir, parce que je leur ai parlé à mes bébés quand ils étaient dans mon ventre, je les ai appelé par leur prénom, c’était très important pour moi (et pour nous :)
maintenant que j’ai un petit boy et une petite princesse, par contre, je me dis que si un jour on a un 3è, là je crois que je pourrais peut-être avoir cette patience, pour avoir cette magnifique surprise le jour de la naissance!
je te souhaite une bonne grossesse!

Bébé à bord dit :

Quel courage tu as! Je trouve l’idée de la surprise à la naissance magique, mais perso je savais dès le début que je ne tiendrais pas…de toute les manière je me suis fais faire une écho dans le service ou je bosse et j’ai vu très tôt une zigounette!!

Magali Evasion dit :

3 bébés, 3 surprises ! Ah… que de souvenirs… En fait quand tu ne sais pas le sexe de ton bébé, tu finis par attendre 2 bébés, une fille et un garçon. Parfois tu te projettes avec un p’tit gars, parfois avec une nénette…
Pour la petite histoire, dans la famille de mon homme il n’y a(vait) que des garçons : ils sont 3 frères et ses frères ont eu 2 garçons chacun. Nous avons nous même eu 2 garçons. Et pour finir nous avons eu une fille, mon chéri l’avait vu à l’écho (comme pour les 2 premiers mais ne m’a rien dit ni demandé confirmation au doc). Bref pour n°3, j’ai mis 1 semaine après l’accouchement à réaliser que j’avais bien une fille… dans ma tête j’étais prête pour une garçon, ça ne pouvait pas être autrement ! J’étais folle de bonheur le jour de l’accouchement et pourtant j’ai mis un moment à réaliser (je vérifiais à chaque change !).

Bref, je raconte ma vie mais tu verras, c’est trop bien les surprises et puis ça fait rager les gens autour de ne pas savoir ! (et puis c’est rigolo d’écouter les diagnostiques)

meliso dit :

Diagnostic du Dr Meliso : un garçon ! Parce que la maman a toujours raison. Moi je savais que c’était un garçon dès que j’ai vu la barre sur le pipi test… Bon ok j’avais qu’une chance sur deux de me tromper, mais j’en ai pas démordu, et à la 2ème écho j’ai regardé le toubib comme si c’était un demeuré : « bah oui je le savais de toute façon… pppffff »

Purplenessa dit :

Pour ma première grossesse nous ne voulions pas savoir, et nous avons adoré garder le mystère. Pour la prochaine, j’ai envie de ne pas savoir, mais on verra bien le moment venu !
Si à la prochaine écho tu veux savoir, demande, et tu le vivras bien :) Il faut suivre son envie !

anaisl57 dit :

Moi j’ai toujours rêvé d’avoir une fille donc quand j’ai pu savoir j’ai préféré demander au gygy afin de ne pas avoir de déception le jour de l’accouchement. Mais qua,d j’ai vu le bonheur que c’est d’avoir un bébé je comprends que j’aurais été aussi heureuse avec un petit gars ;-)
Je t’ai découverte sur facebook et je vais de suite m’abonner sur ton hellocoton ;-)
biz

Pauline k dit :

Mais j’ai raté un épisode!!!! Félicitations!!!
Lors de ma première grossesse, j’étais persuadée de ne pas vouloir savoir. Le jour de l’écho, je n’ai pas résisté. Trop impatiente!!
Par contre, aucune préférence. J’avais la même théorie que ton homme :)

laurence dit :

moi j’ai pas pu résister à l’envie de savoir … pour le premier de toute façon, la première image de l’écho a été un service 3 pièces :P plus de suspense après 2 autres garçons ont suivi, j’espérai qu’on m’annoncerai « la fille » mais non et puis pour ma dernière grossesse, c’était juste une question d’équilibre mental pour moi mdr, ne pas savoir m’aurait été insupportable tellement j’avais été affectée par l’annonce de mon 3ème garçon, il fallait que je sache…rien que pour m’y préparer psychologiquement si ça avait été un garçon ! finalement c’est une nana et comme magali j’ai vérifié souvent que c’était bien une fille ! (avec du recul on se rend compte qu’on est quand même un peu cinglé…)

à défaut de garder le suspens du sexe, par contre, je n’ai jamais révélé le prénom de mes enfants avant leur naissance!

Franck | Papa Blogueur dit :

Petite faute de frappe dans le texte « ce n’est aps » :-D

Sinon, de notre côté on a toujours voulu savoir avant le démoulage. D’ailleurs pour la dernière, dès la première écho « on avait cru voir », bon un 3ème garçon, tant pis… puis à la seconde écho, le gynéco nous dit « vous voulez savoir le sexe », ben oui tiens, on n’est (entre autre) venu pour ça. « Et bien c’est une petite fille », tu aurais du voir notre tête et celle des enfants qui étaient là pour l’occasion ! trop de joie… mais un garçons on l’aurait aimé tout autant.

Nombre de vues: 469
Dernier Populaire