Allaitement à l’amiable

Cette ChouChou > Featured > Materner au quotidien > WM parle d'allaitement

18 mois de tétées.

Ca faisait longtemps qu’on n’avait pas parlé allaitement ici, ou du moins de notre allaitement, à ma fille et moi. 18 mois que ça dure…et que ça a beaucoup évolué.

D’un allaitement à la demande, nous sommes progressivement passées à un allaitement « à l’amiable ». J’avais lu cette expression plusieurs fois sur internet, à une époque où la transition n’était pas encore faite chez nous, et aujourd’hui je la trouve très juste. Il semblerait que dans l’imaginaire collectif, du moins si j’en crois tout ce que j’entends autour de moi lorsque je dis que Lou est encore au sein, allaiter un bambin revient à conserver un nourrisson ad vitam aeternam qui passe sa journée à téter sans rien ingurgiter d’autre que du lait.

C’est un raisonnement qui me surprend toujours énormément. Je sais qu’il est du à l’absence de référent, personne ne voit personne allaiter donc on peut s’ouvrir à tous les scénarios possibles puisqu’on ne sait pas, on ne sait plus, comment tout cela fonctionne. Mais pourtant, les enfants qui ne sont pas allaités, à 18 mois ils prennent encore des biberons, non? Et dans leur biberon, il y a bien du lait?Et personne ne demande à leur mère s’ils mangent autre chose que ce lait, ça paraît évident à tout le monde que l’enfant de 18 mois mange des solides, et depuis un bon moment.

Mais non. Moi on me demande, à chaque fois, si du coup « elle ne prend que ça? ». Ou bien si « ce n’est pas trop dur les tétées toute la journée? » Questions qui interviennent alors même qu’on est au parc le plus souvent, qu’elle peut passer 45 minutes sans venir me voir et que bien souvent elle ne tète pas du tout pendant les 2 ou 3 heures de sortie car elle bien autre chose à faire (jouer avec les copains, courir, glisser sur le toboggan à plat ventre ou à l’envers…) ou qu’elle se balade avec un sablé dans la main. Bizarre toutes ces questions, comme si parfois il était rassurant pour l’entourage de se dire que l’allaitement c’est pour les bébés non? Et si on allaite un grand, forcément il reste un bébé, il ne peut pas grandir correctement? Ah mince en fait non, avec les grands ça marche aussi?

Ben oui :)

Bref. Tout cela pour dire que notre allaitement est passé « à l’amiable » depuis que Lou a environ 14 mois. « Maman tétée! » « Oui deux minutes ma bébée je fais un truc, j’arrive ».

« Maman encore tétée? »
« Tu pourras téter quand j’aurai rangé la chambre »
« Maman encore tétée? »
« Tu pourras téter quand le dîner sera prêt ».

Ma journée est ponctuée de petites négociations de ce type. J’essaye par contre qu’elle ne soit pas la seule à faire des efforts. Souvent je lui demande des concessions, de patienter, je lui apprends que j’ai moi aussi mes occupations et que parfois je ne peux pas les interrompre. Mais parfois aussi c’est à moi de faire des concessions, et d’accepter une tétée que j’aurais préféré repousser de vingt minutes. Alors je dis « bon d’accord on y va » et elle dit « bavo, c’est super! » en tapant dans ses mains. Une petite astuce qui me semble importante: quand elle me demande à téter, et que je ne peux pas/veux pas accéder à la demande de suite, je ne dis pas « non », c’est la crise assurée, elle ne comprend pas pourquoi elle n’a pas le droit. Par contre je lui donne un petit repère temporel qui lui rappelle que bien sûr, elle a toujours le droit de téter, mais que par contre il faut patienter: « quand j’aurai fait ceci », « quand on ira là ». En général ça se passe plutôt bien, elle s’occupe à autre chose en attendant, sans crise et sans pleurs.

Les tétées s’espacent petit à petit.

Nous avons passé il y a peu une période un peu dure de grosses poussées dentaires où elle a réclamé à téter sans cesse…pas étonnant, le lait maternel a des propriétés antalgiques et nos bébés savent ce qui les soulage. Et effectivement pendant trois semaines, hormis les périodes de sorties où elle pensait à autre chose, j’ai eu l’impression d’avoir à nouveau un nouveau-né à la maison. Au sein en permanence…et j’en ai eu bien marre. A 6 mois, avoir un bébé au sein toute la journée, je le conçois très bien. A 18 mois, c’est juste impossible, c’est une de mes limites au maternage…Mais la poussée dentaire s’est arrêtée, l’effet pot de colle avec, et le ras-le-bol s’est envolé. C’est la première et seule fois où je me suis dit que j’en avais marre et que j’ai envisagé un sevrage plus précoce que je ne l’imaginais. De toute façon, sevrer n’aurait pas annulé son besoin de maman en cas de douleur ou de maladie, et il aurait fallu être là autant qu’avant. Juste d’une autre façon…et donc ça n’aurait sûrement pas changé grand chose à nos affaires.

Mais c’est passé donc, et on a retrouvé un rythme de tétées habituel: Lou est complètement sevrée la nuit depuis un peu plus d’un mois maintenant, donc elle tète le matin au réveil (on flane pendant une bonne heure au lit, cette chance^^), souvent une fois (parfois 2) dans la matinée, une fois au déjeuner, une fois avant la sieste et une fois au réveil. C’est là qu’ensuite les tétées commencent à disparaître, du moins j’ai l’impression: tous les après-midi nous allons environ trois heures au parc, créneau pendant lequel elle ne tète quasiment jamais. Elle reprend ensuite une tétée au dîner puis juste avant que son père monte lui lire l’histoire et la coucher, mais cela fait trois fois cette semaine que cette tétée saute…Du coup, à partir de 16h, il n’y a parfois plus qu’une seule tétée, celle du dîner, avant le lendemain 7h.

J’imagine que cette disparition progressive des tétées du soir annonce les prémices de son sevrage, mais vu la fréquence en journée je pense que ce n’est pas encore d’actualité, juste une amorce…mas on en parlera plus tard, il faut que j’y aille!

Il est 11h48, ça fait 20 minutes qu’elle négocie…

allaitement-amiablePhoto: Bernard Jaubert

VOS MESSAGES
Un commentaire
Laisser un commentaire

Saphaëlle dit :

Tu as parfaitement raconté comment se passent notre allaitement à l’heure actuelle ! Ici aussi, 18 mois, et bon parfois la négociation n’aboutit pas, mon joufflu est terriblement impatient, mais je remarque par exemple qu’à l’extérieur, il devient bien plus conciliant, surement aussi attiré par tout ce qu’il y a autour de lui. Il m’arrive de moins en moins d’allaiter ‘en public’ puisque les fois où je suis ‘en public’, je suis en pleine conversation, je fais quelque chose de précis, et du coup, je lui dis aussi que c’est pas possible maintenant, mais oui un peu plus tard. Ici, pour que le message passe, je dois surtout parler de moi. Si je lui dis que je n’ai pas envie là tout de suite, ou que je ne suis pas disponible, il l’entend mieux. Avec mon joufflu, intensif, pour que la pilule passe actuellement, je dois impérativement lui démontrer que j’ai mes propres besoins à faire aussi respecter. Tout autre argument n’est pratiquement pas entendu !

So’ dit :

Tu me donne envie d’un bel allaitement moi qui suit tellement deçue de l’allaitement de mon 1er :(
J’espère pour mon 2ème pouvoir avoir une bel et long allaitement :) (Un peu grâce à toi ^^)
Bisous

ps: Cette photo est trop <3

mummy’s little girl blog dit :

cest une autre façon dun beau sevrage naturel, cest fou comment chez chacun lallaitement nest pas le meme.
Je ne sais pas si cest par ce que la journée avec la nounou elle était en mixe la mienne, que jamais elle me réclamais..pourtant le wk et les vacances je lallaitais totalement mais le rythme repas calé/yaourt était pris en journée. Donc elle ne tétait que le matin et le soir, puis petit à petit vers 14/16 mois le soir à sauté.Et puis vers 17 mois le matin aussi.
Je crois que le plus dur dans larret ce fut pour moi et non pour elle, vu que cest elle qui l’avait choisi.

lilyla dit :

j’aime bien l’expression à l’amiable ! ici, après avoir accouché on me demandait si « je la nourrissais » ce que je n’ai jamais compris non plus … après tout, donner le biberon est autorisé aussi …
Enfin, pour ma 1ère, mon père au bout de 2 mois n’en pouvait plus de mon allaitement, il trouve pas ça bien car si je tombe malade comment ça se passe, on voit pas la quantité prise (enfin si on veut le voir, ça devient archi contraignant) et si ceci et si cela … j’ai donc continué plusieurs mois hihi et un allaitement et un sevrage tout en facilité de A jusqu’à Z, un pur bonheur sans contrainte.
Pour mon 2ème, il tète différemment et cela se ressent, j’ai déjà fait des mastites, et ça m’a littéralement couché, je n’avais rien eu pour la 1ère. Le temps de la tétée n’est plus le même c’est un farceur donc je dois être attentive à chaque instant, quand ma 1ère tétait en 10 minutes top chrono sans lâcher, mon 2ème tète en presque 30 minutes alternant sourires ou moment de sieste … plus difficile à gérer mais tout aussi agréable !
Bonne continuation à toutes les 2 en tout cas!

Viollette dit :

à un an, Simon a fait sa première gastro, et on s’est retrouvés chez SOS médecin. Après l’examen, Simon tétait pendant que le médecin rédigeait l’ordonnance. Le médecin me dit « pas de lait en poudre. Il est diversifié ? » Devant ma surprise, car comme vous je trouvais assez étrange l’idée de ne pas diversifier un enfant d’un an, il m’a dit que dans la région (Haute-Savoie), il a déjà vu plusieurs enfants d’un an allaités exclusivement et non diversifiés. « Souvent des parents un peu bo-bo qui mangent que bio » « Mais justement, s’ils mangent bio ils peuvent préparer des purées bio à leurs enfants… » Non, apparemment, il y en a qui ne diversifient que vers 2 ou même 3 ans… Du coup, ils passent à côté de l’allaitement à l’amiable, eux.
Moi je me souviens surtout des tétées de retrouvailles, c’étaient les plus importantes à 18 mois. Simon pouvait passer joyeusement un week-end sans moi (d’ailleurs il ne voulait plus de biberon même si c’était mon lait), mais la tétée de retrouvailles c’était sacré !

Surfcity dit :

Ici on en est à un peu plus de 19 mois d’allaitement avec trois tétées par jour : matin, goûter et soir. Et je commence a avoir pas mal de remarques sur « c’est quand qu’il arrête de téter? ». Ma réponse: je n’en sais rien, j’aimerais qu’il décide d’arrêter tout seul…

Hellvis dit :

Nous aussi nous vivons un allaitement « à l’amiable » (j’adore l’expression, je vais la piquer) avec ma « grande » de 21 mois et ce depuis que cet allaitement est devenu un co-allaitement (c’est-à-dire 3 mois). Mon minus est encore si petit et si accaparant, et les tétées en tandem pas toujours confortables, du coup, quand ma puce réclame, je lui explique qu’elle tétera plus tard, que quand elle était petite comme son frère, elle a pu téter en illimité et en solo et que je voulais que son frère vive ça aussi. A son âge, elle comprend très bien donc, pas de souci de ce côté.
Et ici aussi, quand une tétée saute, c’est la toute dernière avant de dormir… L’histoire du soir lui suffit la plupart du temps, sauf les soirs où elle est super fatiguée…
Bref, je me retrouve beaucoup dans ton article. Merci pour ton témoignage.
(et à ceux qui trouvent que ma fille est « grande » pour être au sein, je leur répond qu’officiellement c’est encore un nourrisson puisque cette dénomination désigne des enfants jusqu’à 2 ans. Par contre, faudra que je trouve un nouvel argument dans 3 mois quand elle soufflera sa deuxième bougie…).

P dit :

Sympa ce petit article concernant l allaitement « prolonger » encore peu habituel et souvent incompris alors que cela reste un acte naturel , ici 23 mois et elle n a pas l air prête à arrêter. J’ai aussi connue la cata des poussées dentaires et bébé greffée au sein 24h/24 ;) en revanche si elle pouvait faire des nuits complètes se serait cool .

speedy dit :

Salut,
Alors que j’ai commencé l’allaitement « pour voir », ma fille ainée allaitée jusqu’à ses 2 ans et la naissance du second, sur la fin plus pour le reconfort que pour l’alimentation. Elle est devenue une super negociatrice, cela aurait il un rapport?
Le second, alors que je pensais partir sur la même lancée, tete toujours à 2 ans et demi. Mais j’avoue que j’apprecie qu’il ne tete qu’en privé (en general au lever et parfois le soir avant de se coucher), car je n’ai pas envie de devoir expliquer et me justifier. Comme tu le dit après tout c’est notre accord amiable à nous!

Eva dit :

Bonjour,
J’ai une qusetion concernant le sevrage naturel de nuit. Comment cela s’est passée ? Vous lui aviez dit que la nuit vous dormiez et que quand elle n’aura plus besoin/ne voudra plus téter la nuit, elle pourra dormir d’affilée sans têter ? Sinon, comment le bébé/bambin le sait-il ?

Working Mama dit :

Bonjour,

Le sevrage de nuit a fait des hauts et des bas…il semble que désormais ce soit acquis. Nous avons fait en sorte que son père assure les réveils nocturnes et de lui apprendre à identifier ses besoins : faim, soif, calin? Le papa dispose d’un bib de lait végétal et d’une compote si les réveils sont motivés par la soif ou la faim, et il dort avec elle si elle le souhaite. Cela fait un mois maintenant qu’elle ne tète plus du tout la nuit.

hbb dit :

J’ai trouvé dans ce témoignage la réponse à mes questions d’allaitement « négocié » (c’est un mot employé par une animatrice LLL) c’est vraiment ce qu’on essaye de mettre en place en ce moment car j’ai des troubles hormonaux qui font que comme toutes les femmes je suis sujette (à plus forte dose) à de la grande fatigue et une baisse de lalactation notamment pré-menstruelle…alors nous allons mettre en place un système de gommettes pour expliquer les périodes ou maman est fatiguée et d’autres ou elle est en forme…on verra bien en attendant l’allaitement est un remède magique pour les poussées denttaires, je suis heureuse de pouvoir soulager ma fille même si parfois c’est difficile (surtout la nuit). Je me dis qu’il y a tellement de beaux moments partagés que pour rien au monde je n’arrêterai mon allaitement c’est pour moi un don de soi, la plus belle preuve d’amour que je puis faire à ma fille!

Nombre de vues: 720
Dernier Populaire