Le temps des solides #2 – Avec Marin (+ test produit)

Materner au quotidien > Petit Marin

Il y a bientôt deux ans et demi (mazette ce que le temps file), j’écrivais ceci au sujet de la diversification de Lou. Aujourd’hui, on remet le couvert (HAHA) et c’est Marin qui entre, déjà, dans le temps des solides. A 8 mois, il est toutefois, évidemment, toujours allaité à la demande à la maison, et boit mon lait tiré chez sa nounou du lundi au vendredi.

1 enfant, deux approches simultanées

A la maison, et comme je l’avais fait pour Lou, nous privilégions la DME (Diversification Menée par l’Enfant), que j’avais déjà expliquée en détails dans mon premier billet et pour laquelle ce site (www.diversificationalimentaire.com/) vous apportera toutes les informations possibles. Les matins, les soirs, certains jours de la semaine quand il est à la maison pour le goûter, les week-ends…il mange le plus possible seul et non transformé. Autrement dit, pas de mixeur mais des cuissons adaptées pour gérer les morceaux dès le départ et comme pour sa soeur, ça fonctionne très bien : le soir, par exemple, il peut manger des petits dés de carottes ou des petits fragments de brocolis, accompagnés de petites pâtes alphabets ou étoiles cuites très fondantes. Il est encore un peu petit pour s’en saisir seul et l’échec l’énerve, alors quand il a faim ces petites choses solides en morceaux sont données à la cuillère. Sinon, il patouille joyeusement là dedans, il s’en met bien partout mais peu importe, il apprend et découvre les textures, les goûts et les couleurs.

Chez sa nounou, c’est plus traditionnel, car elle est moins à l’aise que nous avec le concept de DME même si elle en comprend bien le principe et y adhère plutôt. Je comprends cependant qu’avec un enfant qui n’est pas le sien, elle se montre prudente et préfère user de l’écrasé de légumes (je lui demande de garder des textures grossières) et de la compote ou des fruits cuits pour nourrir le petit ogre qu’est mon fils (il faut voir ce qu’il peut dévorer quand il a faim le midi ! ).

Certains soirs, le planning est serré, on rentre souvent après 19h du travail, alors j’ai toujours 3 ou 4 petits pots en dépannage dans le placard au cas où il y a plus urgent à gérer avec les enfants et que je ne peux pas préparer le repas suffisamment tôt avant que Marin demande à se coucher. J’utilise pour ça des Babybio, les seuls que je trouve ici qui soient bios, sans ajout de produits laitiers et sans produits animaux en tous genres (viande, poisson, oeuf…) Je prends en général les carotte-potimarron-riz, et les légumes variés-blé, qui sont plutôt très bons. J’ai également au congélateur des petites portions de soupe de légumes, congelées au format glaçon, que je réchauffe le soir et dans lesquelles je mets des petites pâtes ou du tapioca. On commence par la tétée, on passe ensuite aux solides, puis un petit fruit (en ce moment il adore téter des quartiers de clémentine par exemple, ou manger des morceaux de banane), et on revient souvent à la tétée pour clore le repas. Une nouvelle tétée a lieu environ 30 à 45 minutes plus tard lors du coucher (et malgré tout ça il se réveille toujours la nuit, qu’on ne me dise pas qu’il a faim^^)

Le matériel :

La diversification c’est aussi l’apprentissage du partage du repas, du moins pour moi. J’essaye de m’arranger pour que l’on mange toujours ensemble, et donc d’adapter nos horaires de repas sur ceux de Marin. Ce n’est pas possible tous les soirs, mais dans l’idée c’est ce que l’on applique. Pour Lou et afin qu’elle soit à table avec nous dès le départ, nous utilisions un siège de table bien pratique, qui se fixait au plateau. Elle n’a de fait jamais eu de chaise haute et s’en est servi jusqu’à 15 mois environ. Après cela, elle était suffisamment grande pour manger sur une chaise classique. Le seul inconvénient, à mon sens, de ce type de produit est qu’il ramassait toujours plein de miettes sous les joints le fixant à la table et il se salissait très rapidement.

Je comptais cependant m’en resservir pour Marin, même si les chaises hautes Tripp Trapp me faisaient de l’oeil…que je refermais bien vite vu le prix de l’objet^^ Mais le hasard a fait qu’au moment où je réfléchissais au matériel qu’on allait utiliser, la boutique Emob4baby (www.emob4baby.fr/) m’a proposé de tester une chaise haute évolutive (www.emob4baby.fr/chaise-evolutive-bebe-tom-anthracite.html) du même type, que j’ai acceptée de fait et voici ce que je peux en dire :

Les + :

Facile à monter, esthétique, simple d’utilisation lorsque l’on doit changer de structure. Nettoyage assez facile avec les pièces amovibles, système d’attache évolutif permettant de choisir entre un schéma associant sangles aux épaules et sangle ventrale à un schéma ventral seul. La hauteur de l’assise et du repose-pied se règle très facilement et suit bien la croissance de l’enfant. La tablette est amovible et peut se ranger au dos de la chaise. Globalement, l’objet est beaucoup moins encombrant qu’une chaise haute classique.

Les – :

Il n’y en a qu’un seul, en fait, le produit étant globalement très satisfaisant. J’ai choisi cette chaise haute en couleur foncée, en me disant que ce serait moins salissant et c’était peut-être une mauvaise idée : après un mois et demi d’utilisation certes elle est bien propre mais la tablette est déjà criblée d’impacts de cuillère, Marin étant dans une phase où il tape compulsivement tout ce qui se trouve sous ses mains. La tablette a donc pris assez cher, et la peinture est abîmée à plusieurs endroits. Je trouve que pour le prix annoncé et vu le public concerné, les revêtements devraient être pensés pour être beaucoup plus résistants. Il est dommage à mon sens, quand on investit dans du matériel (ce qui n’est pas mon cas présentement mais si ça l’avait été j’aurais été un peu désapointée), de constater qu’il n’est pas forcément à l’épreuve des contraintes qu’il va forcément subir vu l’usage qu’il doit remplir.

En dehors de cela, j’en suis très contente, Lou va aussi dedans parfois au format petit enfant, la transformation se fait en un clin d’oeil et cette chaise suivra sans doute les enfants très longtemps.

Diversification et végétalisme :

Comme vous le savez maintenant si vous me lisez régulièrement, les produits animaux ont quitté notre alimentation quotidienne, à l’exception des quelques aliments que mon conjoint conserve car il n’est pas végétarien : fromage et charcuterie principalement. Je n’ai pas acheté de viande, d’oeuf ni de poisson depuis des lustres. Si Lou a connu et connaît toujours une alimentation omnivore à l’extérieur de la maison (essentiellement végétarienne à la maison, elle goûte aussi à ce que mange son père), Marin lui est arrivé dans un contexte où la transition végétale était déjà terminée. A 8 mois, il n’a donc encore jamais mangé de produits animaux et à priori ça n’arrivera pas de si tôt, du moins tant qu’il ne réclamera pas de lui même à goûter ce que son père pourra manger devant lui. Tant que ce n’est pas le cas, son alimentation est composée des apports principaux de l’allaitement maternel et des aliments végétaux que je cuisine au quotidien : céréales, légumes, et depuis peu quelques légumineuses. C’est donc un bébé végétalien. La question du végétalisme chez l’enfant étant source de nombreuses interrogations, j’y reviendrai très certainement dans quelques mois, lorsque l’alimentation de Marin aura évolué vers une proportion de solides plus importante, afin de faire le point et de détailler comment on peut concilier croissance et végétalisme en comblant tous les besoins de l’enfant.

Pour conclure :

La diversification de Marin est engagée depuis maintenant un gros mois et demi, et c’est un bébé qui a visiblement plaisir à manger ! L’allaitement est encore majoritaire dans son alimentation quotidienne, et les solides sont découverts à la fois en DME et selon les méthodes habituelles, dans un contexte végétalien.

N’hésitez pas à témoigner de vos expériences en commentaires, et notamment des différences que vous constatez dans les méthodes utilisées avec l’un et l’autre si vous avez plusieurs enfants !

Bon appétit bien sûr :)

Marin, 8 mois, découvre le pain avec un plaisir certain^^

Marin, 8 mois, dans sa chaise évolutive Emob4baby (www.emob4baby.fr/chaise-evolutive-bebe-tom-anthracite.html), découvre le pain avec un plaisir certain^^

NOTE : entre la rédaction de billet et le jour de sa publication est arrivé à la maison ce qui va sans doute devenir mon nouveau meilleur copain, j’ai nommé le Cookéo de Moulinex. Qui va transformer un peu les repas des soirs de semaine à la maison, puisque je peux maintenant partir en programmant une cuisson qui se fait avant mon retour…je vous dirai bientôt si ça m’a aidée ou non !

VOS MESSAGES
12 commentaires
Laisser un commentaire

Loïs – LesBijouxDeLois dit :

Très intéressant ton article, merci !

Pauline dit :

Super intéressant comme toujours ! Ma poupette a 7 mois 1/2, elle est allaitée exclusivement (boit mon lait au biberon lorsque je travaille), je suis de plus en plus attirée par la DME, j’ai donc commencé à lui donner les aliments en gros quartiers afin qu’elle les découvre par elle-même (petits biscuits fait maison, fruits, légumes), aussi parfois elle fait mine de s’étouffer car la coquine est parvenue à déchiqueter un gros morceau et l’a avalé tout cru !!!! J’en suis malade à chaque fois et je suis terrorisée à l’idée qu’elle s’étouffe ! Avez-vous ce petit problème également ?

Portelette julie dit :

Comme toujours je prends plaisir à lire vos articles… vos idées, vos habitudes sont souvent à mille lieux des miennes, au point qu’elles me semblent parfois bien extrêmes, mais si je continue à lire votre blog, sans juger, c’est parce qu’il me permet de remettre en question des choses du quotidien qui me semblaient tellement évidentes que je n’avais ne serait ce qu’une seconde jamais imaginée qu’il puisse en être autrement… « comment ça un bébé de 7/8 mois ne commencent pas à manger par des purées ? « ;- ) Merci pour tout se partage et ces explications, ça ouvre MON esprit, je ne me dis pas que ce que vous faites est nécessairement mieux, et moi moins bien, mais cela a le mérite d’exister, d’être différent et de fonctionner aussi ! Je vous lis, je réfléchie, je souris, je prends du recul sur moi, je pique des idées, j’essaie, je teste et je fais ainsi à mon tour AUTREMENT. Encore merci. Julie P

Helene dit :

aahahha… Je fais du DME maison alors ^^ Caro aime manger et contrairement à sa soeur, n’aime pas la viande! Je ne suis ni vegetarienne, ni vegetalienne mais mes filles mangent ce qu’elles veulent et ne sont pas forcées. Pour l’une comme pour l’autre, elles ont touché la nourriture avec leur doigt, la grande le fait toujours d’ailleurs… Elles mangent des soupes et des purees de pomme de terre lorsque j’en fais ;) Un truc que les gens trouvent « degue » mais qui m’a toujours aide, j’ai beaucoup donné la becquee :)

Carine dit :

L’article, comme les précédents est bien intéressant :)
J’ai suivi il y a peu une formationde 3 jours avec Michel Odent (pour les doulas, a priori, puisque je ne le suis pas ;) ) et la question du végétalisme a été abordée (assez rapidement, ce n’était pas l’objet de la formation). Ce que j’ai retenu est que les personne qui n’ont connu qu’une alimentation végétale dès leur naissance développe des capacités à produire euh…(zut je ne me rappelle plus) quelque chose, que les personnes qui ne pratique pas le végétalisme dès leur enfance ne produisent pas (mais qu’il est possible de compenser bien entendu). Mon commentaire n’est pas très très utile vu que je ne retrouve pas l’information complète, mais je trouve que du coup, ça permet d’en rassurer certains sur le végétalisme pratiqué très tôt :)

Noisette dit :

Aah, merci, que ça fait du bien de te lire. J’avais raté l’article de la DME pour Lou (oubli réparé). Jusque là, je ne m’étais pas posée trop de question sur la diversification. Pour ma grande, j’avais suivi en gros les préceptes officiels (à part qu’elle avait genre 10 tétées par jour pendant longtemps :) Pour mon deuxième (10 mois), c’est beaucoup plus compliqué. Les débuts ont été catastrophiques (en plus conjugués à l’entrée à la crèche). On a tout laissé tomber et recommencé au calme à 8 mois. Il a toujours refusé les légumes, aime les fruits, les laitages (même le parmesan vieux !!), le pain. Contrairement aux tiens, ce n’est pas un bébé qui aime manger, depuis sa naissance, j’ignore pourquoi. Alors plutôt que d’essuyer un énième refus, on le laisse patouiller, jouer avec une poignée de riz et goûter 4 grains. Il en mangera 4 cuillères un autre jour… Et les choses se mettent en place petit à petit, en douceur.
Mais autour de nous on entend beaucoup de remarques, sur les 3 tétées nocturnes, sur le petit (tout petit) poids plume, sur le fait qu’il n’accepte de manger qu’avec nous… Un autre point de vue est salutaire, encore merci !

Noisette dit :

Oh et j’y pense, à propos des petites étoiles frustrantes car difficiles à attraper : très vite ici, on passe aux grosses pâtes à croquer (penne, papillons ou raviolis maison). Comme ils ont plein de dents très tôt à la maison, ça leur plaît bien d’en faire quelque chose ! (c’est aussi moins pénible pour le ménage…)

Lublu dit :

ah ah… le cookéo c’était mon cadeau à la naissance de mon fils il y a trois ans… et aucun retour en arrière n’est possible, je pense que je pourrais vivre plus longtemps avec une machine à laver en panne que sans mon cookéo (ok j’exagère un brin, les deux sont vitaux pour tout jeune parent)… en revanche, il faut prévoir une « prise en main »… les temps de cuisson ne sont pas très fiables: les lentilles tu peux doubler, le riz complet presque doubler aussi.. mais une fois maitrisée, la bete est magique!

Sitefan dit :

DME mon amour! :) Tu n’as plus qu’à relever la tablette de la chaise haute et ressortir le Sitegran de Lou: c’est pile poil le bon moment semblerait-il! ;)

Lola Louve dit :

Nous avons le même système (DME à la maison et purée un peu grossière avec la nounou). Je trouve ça pas trop évident d’un point de vue quantité (j’ai toujours l’impression que Louveteau ne mange pas beaucoup en DME, pourtant ayant lu le bouquin de Carlos Gonzales, je devrais lâcher prise, mais bon).
Je ne connaissais pas cette chaise évolutive, après quelques hésitations, on a craqué pour la Tripp Trapp, mais avec tous les accessoires, le prix est juste hallucinant… le seul truc qui me rassure, c’est qu’on va la garder au moins 10 ans!!

Duduche dit :

Ah non, c’est faux, Marin n’est pas végétalien!!!! Et ben non, il consomme bien un produit « animal »…. ton lait :) (désolée c’était pour faire une blagounette)
Je ne connaissais pas le DME. Mais c’est plus ou moins ce qu’on a fait, ma fille étant passionnée par ce qui se mange, elle a très vite lorgné sur nos assiettes et on l’a laissé faire quand elle a voulu goûte ce qu’il y avait dedans (sauf si c’était des trucs trop salés, sucrés, gras). Et elle n’a jamais voulu qu’on la nourrisse avec une cuillère, elle voulait faire toute seule.
Elle a maintenant 20 mois et elle est toujours aussi curieuse de tout ce qui se mange.

Zahia dit :

Ah la diversification végétalienne…
Je suis moi-même végétarienne et propose à mon fils une alimentation végétalienne (allaitement + complément en lait infantile à base de riz + légumes, céréales et légumineuses). Je ne comprend pas comment cette alimentation peut être mauvaise pour mon fils, sachant les quantités de viandes conseillées à cet âge (une cuillère à café ! en quoi l’avoir ou ne pas l’avoir change radicalement les apports en nutriments, par rapport à la quantité de lait maternel 100% adapté qu’il boit ???)

Seulement, mon fils se réveille beaucoup la nuit, ce qui me fatigue. Et quand je vais chez le médecin pour cette fatigue excessive que je n’arrive plus à gérer, tout de suite la discussion suivante arrive : « Mais pourquoi il se réveille votre fils ? Il doit avoir faim ! Une tétée c’est pas assez le soir ! (il a 11 mois…) Qu’est-ce que vous lui donnez ? »
Du coup on en arrive à la description précise des repas, et quand j’explique qu’il mange des purées de légumes+légumineuses+huile : « Oulalah ! Végétalien à cet âge c’est dangereux ! faut au moins lui donner des oeufs ! Vous pouvez lui donner du fromage aussi ! » (et pourquoi pas des bonbons à la gélatine pendant qu’il y est!)

Vive la médecine traditonnelle française, qui est incapable de donner le moindre conseil valable ni pour ce qui concerne l’allaitement ni en nutrition…
(Et je vous passe la meilleure : quand j’ai appelé la PMI pour me renseigner sur le burnout maternel on m’a conseillé de laisser pleurer mon fils la nuit!)

Nombre de vues: 295
Dernier Populaire