Censurée (ou pas)

L'humeur du jour > Materner au quotidien

Il y a une semaine, je suis tombée sur un article.

Edit: initialement se trouvait ici le lien vers le billet concerné. L’auteure étant passée ici pour annoncer qu’elle n’avait jamais reçu le commentaire, je ne peux que lui accorder le bénéfice du doute, vu que je ne suis pas dans sa boîte mail. Le fond de la discussion reste toutefois important et d’actualité, aussi je maintiens le billet en changeant légèrement son titre.

Et il m’est arrivé un truc nouveau depuis que je blogue. Autant dire que ça fait une paire d’année. J’ai été censurée. Censurée pour avoir tenté d’expliquer à la suite du dit billet la différence entre jugement et informations. Les commentaires étaient modérés à priori, je suis retournée plusieurs fois voir si le mien avait été approuvé, d’autres ont été postés depuis mais du mien, point de nouvelles.

Dans ce billet, l’auteure se demande entre autres remarques pourquoi les allaitantes viennent toujours ne faire qu’enquiquiner celles qui n’allaitent pas en commentant chez elles. Alors moi, j’avais pris 5 minutes pour expliquer que si certaines étaient complètement barrées et avaient le jugement bien lourd, il y en avait d’autres aussi comme moi, et comme tellement d’autres, qui tenaient simplement, lorsqu’elles lisaient des billets causant d’allaitement, à rétablir certaines vérités. Notamment quand, comme dans le billet cité, les erreurs sont nombreuses et véhiculant non pas des informations ou des éléments exacts mais uniquement les croyances tenaces qui nuisent à l’allaitement depuis des décennies, participant ainsi à la désinformation permanente sur le sujet et à l’illusion du choix qui touche tant de mères qui auraient peut-être pu vivre, ainsi que leur bébé, un allaitement heureux et épanoui si tant est qu’elles aient pu lire autre chose que des mensonges sur la question.

Le commentaire était un peu long, mais le ton courtois. Reprenant ici et là quelques passages du billet pour illustrer mon propos. Sans jugement aucun. Juste, un commentaire de mère allaitante qui connait un peu son sujet et qui s’attriste de lire, sur des blogs de femmes ne pratiquant pas l’allaitement qui plus est, des arguments de « défense du choix » issus bien plus de la croyance populaire que de la vérité scientifique.

Je suis de celles que la langue de bois contourne. J’ai lu de fausses informations, je les ai relevées, pensant naïvement que plutôt que de rester sur une position ignorante, cette bloggeuse accueillerait l’info. Non pas que ça lui ferait faire un autre choix, ce n’est ni la question ni l’objet de ma démarche. Mais qu’au moins elle reparte en ayant appris un truc. J’aurais rectifié une erreur sur un article traitant de la différence entre la crème anglaise avec et sans maïzena, m’est avis que la censure ne serait pas intervenue. Mais là, comme on parle d’allaitement…forcément dire « tu te trompes » revient à devenir une grosse vilaine extrémiste du nichon. Quel dommage.

J’espère toujours, naïvement, que les commentaires calmes et posés mais argumentés que je laisse ici et là serviront surtout aux futures mamans, encore en phase de questionnement. Pour qu’elles choisissent avec de vraies infos, pas avec des croyances erronées. Mais je me rends compte que j’ai bien tort. Finalement, je ne fais que perdre mon temps, et la mauvaise foi souvent rencontrée en face de moi me laisse penser que dans ce conflit débile sein/biberon, auquel j’essaye de ne jamais prendre parti en tant que militante fermée mais plutôt en tant que convaincue ouverte à la discussion, les vilaines méchantes ne sont pas toujours celles que l’on montre trop souvent du doigt. J’ai été censurée, ce n’est pas rien et ça en dit long sur l’état d’esprit de la discussion qui se déroule là-bas.

Je suis ouvertement pro-allaitement, et plutôt deux fois qu’une, j’informe le plus possible, je défends ce geste beau et naturel car je le vis au quotidien et que je crois très profondément en son utilité, en sa beauté, en sa vérité, et même en sa magie si j’osais aller aussi loin. Mais jamais on ne m’entends ici dire « han tu n’allaites pas? C’est pas bien ça tu sais ». Sur ma page facebook se sont déjà déroulés de nombreux débats sur la question. Pas un n’a dérapé comme on le voit si souvent ailleurs. Tout le monde discute tranquillement, les débats sont passionnés mais riches d’apprentissages, et je veille à ce que personne ne vienne faire un pet de travers. On discute entre adultes, ce que je pensais faire la semaine dernière en déposant mon commentaire sur ce blog, qui s’est finalement révélé à sens unique.

C’est moche la censure. Surtout quand elle n’est motivée que par la divergence d’opinion. C’est facile, en ce cas, d’orienter une conversation et de faire croire que tous les lecteurs sont d’accord et que ce qu’on dit est tellement vrai. Alors comme je suis bonne joueuse, je le remets là, mon commentaire. De la même manière que l’auteure a refusé qu’il soit visible chez elle, moi j’ai très envie qu’il soit visible chez moi.

« Comme ça a vite fait évoqué mon nom plus haut je me permets d’intervenir. Bon, pour ma part j’allaite ma fille, elle a 4 mois, c’est pas près de se terminer, etc etc etc, je suis ouvertement pro-allaitante (même si je vois pas bien comment on peut être « contre », dans le sens où on peut ne pas le choisir mais être « contre » ça me dépasse un peu dans le sens où c’est ce qui est prévu à la base…un peu comme si on était « contre » la grossesse ou « contre » le bras gauche…bref c’était une parenthèse), pour autant je suis assez connue dans le communauté que j’anime sur Facebook en rapport avec blog pour ne pas virer dans le prosélytisme et être plutôt ouverte aux discussions avec les femmes qui n’ont pas fait ce choix, pour
comprendre etc. Je ne juge pas. J’ai mes convictions, je les assume, j’en parle, mais je ne juge pas.

Par contre, j’informe. Ca passe souvent pour du jugement parce que ça énonce des choses qui ne font parfois pas plaisir mais pourtant ce n’est que de l’info. Par exemple, dans ton article tu dis « combien de femmes arrêtent par manque de lait ». Là je te réponds: fausse information. Le manque de lait est rarrissime et c’est certainement un pic de croissance non identifié qui a fait penser à la mère qu’elle n’avait pas assez de lait alors qu’il aurait suffit de quelques jours de tétées à volonté pour adapter la production aux nouveaux besoin. C’est inhérent au fonctionnement de l’allaitement.

Ou bien tu dis « parce que l’enfant ne prenait pas assez de poids ». Là encore, ce n’est pas la faute du lait. Le lait pas assez nourrissant est rarrissime, et identifiable uniquement sur analyse de laboratoire et non pas sur la seule étude d’une courbe de poids. Si un enfant ne prends pas de poids au sein, ce n’est pas la faute du lait mais d’un souci autour de l’allaitement (frein de langue trop court empêchant une bonne succion et donc tétée en quantité insuffisante, problème de déglutition…les raisons sont multiples, et les conseillères en lactation sont là pour les identifier et les corriger.).

On lira encore sur d’autres textes que l’enfant s’est sevré seul à 8 mois. Là encore, c’est faux. C’est l’introduction d’autre chose (notamment des biberons en allaitement mixte, ou des solides donnés trop vite en trop grosses quantités…là encore les raisons sont multiples) qui a provoqué un détournement du sein (or il faut se rappeler que sans les laits artificiels, les bébés seraient OBLIGES de téter jusqu’à ce qu’ils n’aient plus besoin du lait de leur mère, à savoir jusqu’à environ 3 ans).

Bref, il arrive donc que l’on me dise que je suis un peu extrêmiste de l’allaitement, que SI, tout à fait, un enfant de 8 mois peut se sevrer seul parce que c’est arrivé à une telle ou une telle…

Alors moi je ne juge pas, simplement je trouve ça dommage que l’on ne puisse pas rétablir des vérités sans se faire agresser et traîter d’extrêmiste, surtout que comme dit au début je m’attarde bien souvent à faire très attention à la façon dont je parle de ces choses là. Ce qui est triste dans tout ça, c’est que beaucoup sinon ENORMEMENT de femmes donnent le biberon en pensant que leur lait peut ne pas être assez nourrissant, que leur bébé ne prendra pas assez et qu’elles ne le sauront pas…je déplore juste le manque d’informations. Et que rétablir la vérité soit donc perçu parfois comme de l’acharnement. Ca n’en est pas.

Mais par exemple, moi si devais arrêter l’allaitement maintenant pour un souci quelconque, ça me rendrait malade. D’autant plus si les causes de l’arrêt étaient en fait contournables car réparables facilement sans passer au biberon. C’est aussi pour ça que les allaitantes commentent chez les biberonnantes. Pour informer de certaines choses, car si beaucoup font le choix volontairement du biberon, beaucoup d’autres le font par dépit ou parce qu’elles pensent qu’elles n’y arriveront pas. Et c’est quand même dommage autant pour elles que pour leur bébé. »

VOS MESSAGES
Un commentaire
Laisser un commentaire

Nadine dit :

Je te kiffe toi !!

Melody dit :

Moi aussi je te kiffe !
Non franchement, j’aurais pu écrire tout ça. C’est la bataille que je mène depuis 3 ans et je n’en peux plus de cette mauvaise foi… Fatiguant…

meliso dit :

je suis à 99% d’accord avec toi. Elles sont sans doute nombreuses à ne pas allaiter ou arrêter d’allaiter à causes de mauvais infos…

Le 1% restant concerne le contre. Si, on peut être contre. Je n’ai pas allaité la première, ni la seconde à part deux tétées de colostrum, je trouvais ça horrible, gênant et même dégoûtant. Je trouvais ça obscène de se déshabiller en public. J’éprouvais une véritable répulsion envers l’allaitement. Je pensais qu’on était des humains, pas des animaux. J’avais 20 ans…

Bon ok après j’ai grandi, j’ai eu Maxou et j’ai découvert les 1000 et unes joies de l’allaitement, sa facilité naturelle, ses bienfaits, l’épanouissement maternel et tout le toutim.

Mais… je comprends qu’on ne veuille pas allaiter, parce que je suis totalement passée par là.

Tu sais très bien qu’il y a deux sujets sur la toile qui fâchent : l’allaitement, et la politique. C’est tout à ton honneur t’avoir la force de donner tes convictions sur internet. Tant pis pour celles qui passeront leur chemin, et tant mieux pour celles qui en tireront un enseignement ;) Bisous

Working Mama dit :

En fait on doit pas parler du même contre. Le mien serait comme dire « l’allaitement ne devrait pas exister ». Je veux dire, il y a des tas de femmes qui font le choix de ne pas avoir d’enfants, pour autant elles ne vont pas remettre en cause le fondement même du corps qui est de procréer et demander à ce que l’on supprime la grossesse. Non, elles vont juste faire des choix et des gestes qui leur permettront de ne pas avoir à passer par cet état sensé être obligatoire sans la modernité. Ton contre à toi est plutôt le contre du choix, dire « je ne le ferai pas parce que ci et ça ». Mais j’imagine que tu n’es pas contre le fait de dire que le corps humain est prévu pour nourrir sa progéniture, pour autant pour tes deux premiers tu as fait des choix et des gestes te permettant de contourner « l’obligation » biologique. Je ne sais pas si je suis claire?

meliso dit :

si je comprend ce que tu veux dire, mais justement c’est bien ce que je me disais à l’époque : « les seins c’est pas fait pour donner à bouffer aux gosses ». Même si j’ai changé d’avis par l’expérience entre temps, en ce temps-là je ne considérais pas l’allaitement comme normal, c’était le biberon qui l’était.
Par contre ça ne m’a jamais dérangé que des femmes allaitent, donc je suppose que quelque part malgré tout et inconsciemment, j’étais disposée à admettre que ça pouvait avoir cette utilité là, ce qui a fait que finalement j’ai allaité… etc…

Jeyna dit :

Bonjour :-)

Pas du tout contre toi Meliso mais j’ai du mal à comprendre cet argument du « on est pas des animaux ». Certes on est pas des animaux, mais on est des mammifères. Jveux dire c’est un fait, c’est INCONTESTABLE, ok on est évolués (soit disant), ok on fait plus caca derrière un arbre (encore que…) (argument entendu par plus tard qu’hier par un proche, WTF?!) mais on reste des mammifères, même les profs d’SVT nous le disent au collège ! Alors oui on a une partie du cerveau qui nous rend conscient de notre condition et qui nous différencie des animaux mais on a aussi une partie de cerveau instinctive plus ou moins commune avec eux qui fait qu’on reste des mammifères tout en étant humain ! Et la grossesse et l’allaitement c’est la base du truc quoi.

Bon c’est la deuxième fois que je commente aujourd’hui, je crois que j’ai envie de m’exprimer. Même si bon, j’enfonce des portes ouvertes devant des gens qui ne sont pas à convaincre mais c’est pas grave, ça fait du bien quand même.
Merci j’me sens mieux.
Ravie de vous rencontrer toutes les deux sinon.

babypoupette dit :

je suis tout a fait d’accord… « oser » dire qu’on aime allaiter, revient a se faire coller une etiquette d’extremiste et de marginale… dommage que des informations erronnées continuent a circuler ( lait pas assez nourrissant, pas assez de lait etc etc) sans que cela puisse etre rectifié…
allaiter ne veut pas dire faire partie d’une secte, et meme si JE suis convaincue des bienfaits de l’allaitement, JAMAIS je n’irai critiquer ou juger une femme qui aura fait un autre choix….

Working Mama dit :

Non mais voilà, je ne critique personne non plus, ce n’est pas le choix qui me gêne, mais l’argument du choix quand il est erroné. Par contre si dans une discussion une femme m’explique pourquoi elle n’allaite pas et que dans ses explications il y a des idées reçues sur l’allaitement, alors je les relève et les corrige. Après, elle entend ou pas, mais qui ne dit mot consent donc je le fais.

laetibidule dit :

Je crois que ce débat ne finira jamais, bon encore le débat, c’est pas grave, c’est plutôt la guerre entre certaines Pro-bib et pro-allaitante qui gache la vie !!!
Moi, j’allaite et je trouve cela super mais si parfois, je voudrais bien me prendre un bon petit apéro et que je peux pas, mais je ne jette pas la pierre au biberonnante, je trouve cela dommage c’est tout !!! Et quand j’ai commencé à pas mal bloguer, j’ai parfois eu l’impression qu’on était obligé de choisir son camp !!!
Par contre, je ne comprend pas que certaines refusent d’entendre certains faît prouver et reconnue : « oui AVANT on pensait que certains lait n’étaient pas assez nourrissant, mais c’est parce que l’on analysait que le lait de début de tété qui est plus riche en eau et pas la totalité de la tété » et certains pédiatres disent encore des choses fausses dut à certaines croyances car ils ne sont pas assez informé !!!
Enfin bref, je vais pas refaire un débat ici, je voulais seulement dire que j’aime ton article et que je trouve dommage que tu est été censuré !!!
Bonne soirée !!!

Working Mama dit :

Surtout que l’idée ici n’est pas de relancer le débat hein, pas une énième fois…mais juste de dire qu’il est dommage de ne pas pouvoir discuter entre adultes.

katharina dit :

bon je sait que ton commentaire date de 2012 mais au cas ou quelqun tombe dessu comme moi 3 ans apres.. ;-) concernat un bon Petit apero…ma fille a trois ans..toujours allaiter… meme la nuit ;-) ( une vrai extremiste) lol.. le seul Moment ou elle accepte que je lui dit non pour le sein cest quand de temps en temps je me fait une Soiree amoureux Avec mon mari ou je me permet de boire du champagne… bas quand cest comme ca elle sait que le champagne passe dans le lait et c nest pas bon pour elle donc cest les seul nuit ou elle accepte le non: Mama a bu du champagne !sans Problem… ;-) donc tt est possible…memem en allaitant… ;-)

Chamomor dit :

Coucou
Ha, la censure, y a toujours un moment où ça arrive, et c’est décevant car c’est généralement pour rien. Personnellement j’ai été censurée chez un collègue de webdesign, chez seomix, dont les commentaires sont modérés et en nofollow.
En deux ans j’ai voulu déposer sur ce blog consacré au référencement 5 commentaires. Seuls 2 commentaires sont passés, les autres lui étant indésirables simplement parce que ça lui fait de l’ombre.
Dans mon cas c’est juste un jeune loup aux dents longues qui veut garder le contrôle de tout et de ce qui se poste sur son blog afin de gagner la course à la première place. C’est pitoyable et tant pis.

Mais dans ton cas, dans ce que tu expliques, c’est vraiment moche parce que là on parle d’une censure d’opinion.
En fait, avez-vous remarqué qu’on ne peut jamais déposer un commentaire à sens contraire ? il est devenu normal de ne pas commenter quoi que ce soit de discordant, ce n’est pas toléré

Y a des gens… c’est comme ça. Il fait beau, il y a d’autres gens magnifiques juste à côté ;-)

Bel été à tout le monde

Working Mama dit :

Salut :)

C’est pour ça qu’ici je publie tout, sauf les commentaires insultants. Quitte à ce que je doive pondre un pavé pour discuter ensuite avec mon contradicteur. C’est mon blog, pour autant ce n’est pas une dictature et l’avis contraire est accepté. Pas pour ça que je changerai d’avis forcément, mais je laisse les gens s’exprimer s’ils le souhaitent, surtout quand ils sont polis, ça s’appelle être civilisé^^

Nebullae dit :

Nan, sérieux… Censurée ??

Très beau commentaire cependant, courtois et plein d’info. Dommage qu’il n’ai pas été publié.

Working Mama dit :

Merci :)

Sarah Pep’s dit :

C’est quand même fort de se faire censurer qd on est mesurée comme toi…que chacun ait une opinion, c’est une chose, mais continuer à propager des idées reçues parfaitement infondées, ce n’est pas la même chose.
L’information, c’est aussi pour ça que je me bats depuis 16 mois, et je suis parfois fatiguée, parce que 16 mois quoi, c’est limite de l’extrémisme là!! Non mais vraiment…surtout de la part d’une nana qui n’a pas eu d’enfant, pas connu la grossesse, l’accouchement, la rencontre avec son nouveau-né, les réactions instinctives (animales, oserai-je, pour reprendre le titre d’un de tes textes qui m’a énormément parlé) qui en découlent.
Le chemin est encore long, mais une information juste, c’est essentiel pour que toutes celles qui hésitent prennent une décision fondée sur des faits réels, pas seulement des légendes urbaines.
Vive les Seintes ;-)

Working Mama dit :

« Tu peux pas savoir alors tais-toi ». J’ai entendu ça aussi tellement souvent avant d’être mère…c’est horrible et tellement frustrant. Après quand tu es mère, on te dit « ouais bah tu verras quand t’en auras deux! ». Après, quand tu en as deux, on te dit « ouais bah tu verras quand ils auront 15 ans ».
Enfin bref, c’est infernal et prépare toi parce que ça ne s’arrête jamais^^

Camille martin dit :

Coucou !!

J’ai vu ton texte apparaître par hasard car un de mes amis fait partie de tes amis… Bref !!

Et moi ( petie personne sans importance au sein de cette planète) ;) je voulais te dire MERCi !!
Je ne connais pas encore la magie d’être maman ( pour le moment je suis juste une tâta gaga) et l’allaitement sa me tente !! Mais comme beaucoup j’ignore des tas de choses,j’avais notamment peur « d’avoir un lait de mauvaise qualité » et ton petit article m’a rassuré,je l’ai lu avec plaisir et il était tout à fait passifiste…
Alors continue… Je prends note de tous vos échanges comme sa je serai prête le moment venu !!
Et bon allaitement !!! ;)

Working Mama dit :

Merci :) Si j’ai pu ne serait-ce que semer dans ta tête, pour plus tard peut-être, que le « mauvais » lait n’existe pas, alors j’ai déjà gagné beaucoup :)

alise dit :

Eh ben dis donc ! Un enfant peut aller bien de tant de manières… Allaiter, biberonner… ET l’amour dans tout ça ? Il dépasse tout ça, non ?
Dis-moi Julie as-tu reçu mes mails ? Je m’inquiète de ton silence. Bises.

Working Mama dit :

Coucou Anne-Lise,

Oui l’amour est important mais ce n’est pas la question ici. Et puis, aimer n’empêche pas de dire la vérité. Laisser croire aux mères qu’elles ont raté leur allaitement parce que leur lait n’était pas assez nourrissant, c’est mentir, c’est leur faire du mal car c’est leur faire croire qu’elles ont failli dans leur capacité à nourrir leur bébé alors qu’elles le voulaient, c’est souvent leur promettre un deuil difficiles des tétées qu’elles donnaient. Et elles auront beau donner le biberon avec amour, elles auront tout de même stoppé quelque chose sur la base d’arguments complètement infondés. Quand à celles qui sont en passe de devenir mères, de faire leur choix, on pourrait aussi se dire qu’elles ont le droit de choisir avec de vrais arguments, pas seulement en faisant perdurer les croyances du type « tu as de la chance, tu as du lait! Tu n’as pas peur qu’il manque de nourriture? Oulala mais il pleure, il a faim cet enfant, tu n’as pas assez de lait! » et j’en passe, qui sont toutes plus fausses les unes que les autres). Je ne juge personne dans ce choix, j’ai fait le mien (ça n’en est même pas un d’ailleurs, l’autre option n’a même pas été envisagée dans mon cas) Mais rétablir les choses vraies, c’est juste normal.

Concernant tes mails non…tu m’avais dit être débordée à la boutique et comme je sais tes saisons d’été très remplies, je ne me suis pas inquiétée de mon côté. Je n’ai plus rien reçu depuis ma dernière réponse.

Bises!

alise dit :

Coucou Julie,

Je t’ai renvoyé les mails samedi. Je suis désolée de squatter ton blog, mais je ne sais pas si tu les as reçus cette fois. Moi je reçois les tiens donc réponds moi par mail c’est plus simple. Il faut qu’on trouve une solution pour communiquer… Par téléphone ? Bises.

Maëva dit :

Pourquoi je t’ai pas connu plus tôt heiiin ! Te lire m’aurait aider à allaiter exclusivement et pas en mixte, et ça durerait encore i_i
En tout cas, je trouve ça bien que tu remettes ton commentaire ici. Je le trouve très instructif, et surtout pas bon à jeter aux ordures. La mauvaise foi à la vie dure…!

Working Mama dit :

Arf, je comprends donc que le passage en mixte a fini par avoir raison de ton allaitement? Ca me fait toujours triste quand on me dit ça…enfin pour les mamans qui ne voulaient pas ça quoi, qui pensaient que ça durerait.
Quel âge as ton bébé?

Maëva dit :

Il a 10 mois maintenant, et oui, l’allaitement mixte a finalement eu raison de mon allaitement malheureusement. Je ne connaissais pas du tous les pics de croissance, du coup, j’ai pas su adapter la demande… Pour le prochain, je saurais !
J’aurais bien voulu reprendre, parce que j’ai parfois des montées de lait (souvent quand je lis des récits d’allaitement, que je vois des femmes allaiter, mes seins se mettent à picoter et tout x)) mais mon bébé ne sait plus ce que c’est….
J’ai plueré quand j’ai dû arrêter. Parce que malgré les difficultés que j’ai eu par moment, j’ai adoré ça. Mai sje m’étais toujours dit ‘tant que je peux’ et a priori, je pouvais pas. Et puis ma même sois disant pro-allaitement disait ‘mais c’est pas grave, j’ai allaité que 3 mois, moi, 6 mois, c’est déjà beaucoup, tu aurais pas voulu l’allaiter jusqu’à 2 ans, c’est pas bien’ Bha si, justement…

morgane dit :

Salut, je découvre ton blog ce soir et je suis triste pour toi concernant cette censure.
Comme toi j’allaite, j’aime allaiter (mon fils pendant 18 mois, il a arrêté tout seul ; ma fille depuis 9 mois tant qu’elle veut). C’est un choix perso, un plaisir, une simplicité de chaque jour. Grâce à des copines qui m’ont guidées et soutenues, grâce à mon homme, à ma mère, etc. ça ne m’empêche pas de donner le bib, parfois à l’extérieur je préfère.
Comme toi je respecte le choix de chacune, notamment mes copines qui me disent : « je n’ai pas envie ». En revanche, j’ai l’impression de passer mon temps à répondre aux fausses idées (que tu décris dans ton billet). Et ce qui est fou c’est que des personnes qui n’ont jamais allaité t’assène leurs idées reçues alors que tu as plusieurs années d’allaitement derrière toi ! Mais surtout j’essaye d’accompagner les futures et jeunes mamans de mon entourage qui souhaitent allaiter et quelle joie de les voir découvrir ces moments magiques, même s’ils sont parfois prenants.
Bref, je te soutiens.
Bises
Morgane

Working Mama dit :

Merci et bienvenue :)

charlinette dit :

j’ aime ton ton posé, argumenté, toujours tempéré tout en informant clairement, directement, sans langue de bois…. moi j’ai arrêté de commenter sur ces blogs car a priori je n’arrive pas à avoir un ton juste, non culpabilisant…. à moins que non décidément ce n’étais pas moi la si-intolérante que ça! bravo pour ton blog et ta page facebook!

Working Mama dit :

Merci :) Une likeuse me faisait la remarque tout à l’heure, sur mon ton qui paraît parfois autoritaire…si c’est le cas ce n’est pas volontaire :/ C’est dur d’exprimer par écrit des idées aussi précises, surtout dans des thèmes aussi sensibles. Les susceptibilités de chacun sont exacerbées et le moindre point mal placé peut tout faire déraper…

Dame Praline. dit :

ça fait franchement du bien de lire ce genre de billet, je me disais aussi en lisant tes commentaires de ci de là, que tu arrivais très souvent à exprimer les choses de manière calme et posée avec des éléments de réponses qui tenaient la route, et j’espérais dans mon moi-même qu’il te vienne à l’idée d’en écrire un billet, voilà chose faite ^^

Je m’en vais le partager de bon coeur :)

Working Mama dit :

Merci bien, gente Dame.

Sandrine S Comm C dit :

Par expérience personnelle, donner des informations est souvent perçu comme culpabilisant et jugeant car cela sous-entend que l’autre personne n’a pas été capable de les trouver par elle-même et positionne celle qui donne les infos de fait, comme « supérieure ». Bref …

Voici le commentaire que j’ai posté sur le blog de la prune. On va voir s’il est publié ;-)

« Ce qui est dommage, c’est que les femmes qui choisissent le biberon se justifient en permanence « les miens ont été biberonnés et sont en bonne santé », ce qui sous-entend donc qu’ils devraient être malades ;-)

Les mamans biberonnantes : si vous avez choisi de ne pas allaiter, c’est en connaissance de cause : ne pas allaiter, c’est moins bon pour la santé physique de votre enfant. Point barre.
Par contre, à un moment donné, l’allaitement vous a paru être un mauvais choix sur le plan de votre santé mentale = vous auriez souffert de devoir le faire pour des raisons qui vous sont propres, que je respecte et qui ne sont pas discutables.
Et choisir de biberonner, c’est choisir de privilégier votre santé mentale – et donc par répercussion celle de votre bébé – sur sa santé physique.

C’est un choix respectable et je crois que personne ne pourra vous le reprocher. Je le trouve même courageux.

Mais de grâce n’essayez pas de nier des faits scientifiquement établis et qui sont confirmés à chaque fois que des études dignes de ce nom sont faites sur l’allaitement … »

Working Mama dit :

Toi, tu cherches les emmerdes…^^

Sitefan dit :

Hello les girls! :)
bon bin moi je dirais que je suis assez d’accord avec Sandrine ;)
Parfois y en a marre de la langue de bois… marre aussi que les extrémistes soient toujours du même côté comme tu le dis dans ton judicieux billet… parfois marre aussi de devoir rétablir ces vérités fondamentales sur l’allaitement alors que l’allaitement est au départ quand même ce qu’il y a de plus naturel (c’est vrai quoi! pourquoi me demande-t-on sans arrêt pourquoi j’allaite encore ma fille à 1 an alors que si je ne le faisais pas je devrais lui donner du lait artificiel dans un biberon??? ça m’échappe et m’exaspère à la longue -bin oui après quatre bébés et quatre allaitements, les choses n’ont pas bcp progressé je trouve…) j’avoue que la plupart du temps l’énergie me manque pour me lancer dans ce débat récurrent aussi présent sur la toile que dans la vraie vie… Alors merci de le faire pour nous mamans allaitantes Julie! :)
J’ajouterais que parfois, quand je lis les propos et que je vois le manque d’ouverture d’esprit de certaines mamans biberonnantes (attention hein? j’ai dit « certaines », pas « toutes »! ;)), je me demande quand même si elles ne préfèrent pas croire (inconsciemment peut-être d’ailleurs)que toutes ces fausses « vérités » sur l’allaitement qui circulent partout depuis la nuit des temps sont vraies parce que cela les arrange, leur donne de « bonnes » excuses pour ne pas allaiter et ne pas avouer tout simplement qu’elles n’en avaient pas envie, que cela les dégoûtait ou que sais-je encore… bref ne pas avouer que c’est un choix personnel qu’elles ont fait et qu’elles l’assument totalement… ce que pour ma part, je trouverais beaucoup plus sain et plus respectable aussi…mais ça sous-entend un certain courage… que tout le monde n’a pas à priori si on en juge ta censure ;)
Bon allez je vous laisse les filles, j’ai tétée! ;)

Clochette dit :

merci pour ce post, j’ai commenté aussi, on verra si c’est censuré
si oui, ça traduit une certaine étroitesse d’esprit… même pas la peine d’insister.

marie dit :

Je ne comprend même pas qu’il y ai un débat sur ce sujet….chaque maman a son histoire, ses envies, sa façon d’appréhender la maternité…

La Prune dit :

Je suis navrée de te le dire mais je n’ai en aucun cas censuré ton message, je ne l’ai jamais reçu, j’ai publié tous ceux qui ont été postés hier même si certains étaient un peu véhément, avant de chercher d’où venait cette affluence et de tomber sur ton blog. Je n’ai à ce jour, jamais effacé un commentaire qui ne soit pas purement un spam, et je t’engage à reposter celui-ci que je publierai bien volontier s’il passe. Cela dit la prochaine fois, avant de penser que tu es censurée, prends le temps de m’envoyer un message :-) A bientôt…

La Prune dit :

D’autant plus que je trouve ton avis très intéressant et effectivement posé sans être agressif… j’aurais vraiment eu aucune raison de l’effacer, ce n’est pas mon genre, au contraire, j’aime entendre tous les avis d’où qu’ils viennent :-) Désolée donc que blogger ait jugé ton commentaire trop long et l’ai perdu dans les limbes de la blogosphère… sans rancunes j’espère :-)

Working Mama dit :

Bonjour ,

Merci de ton passage. Et je vais donc t’accorder le bénéfice du doute en supprimant le lien menant à ton billet et en modifiant légèrement le titre.

Bonne journée :)

La Prune dit :

J’ai créé un article invitant les gens à venir lire ton avis :-) Espérant que la prochaine fois ça se passe mieux :-) Bonne journée à toi !

saab190780 dit :

Bonjour Working Mama,

Tout d’abord, je tenais à te féliciter pour ta merveille de bébé et ton site web. Je te suis depuis très longtemps avant même que tu sois maman. J’adore ta plume, ta façon de penser et de nous faire partager ton savoir. Je pense avoir déjà commenté mais je ne m’en souviens plus, ce n’est pas une habitude chez moi, par manque de temps et par flemmardise. Tout ce que tu as écris sur la petite enfance est très vrai, que cela concerne les pleurs à l’allaitement. D’ailleurs, c’est sur ton site et celui d’Olympus Mom que j’ai trouvé les articles sur l’allaitement les plus proches de la vérité et ludiques.

Mais comme tu dois t’en douter à ce stade de mon commentaire il y a un bémol. Je suis pour l’allaitement, je suis pro allaitement, je déteste la façon dont les pédiatres à la solde des industriels ont souvent communiqué de fausses informations sur l’allaitement maternel. Il n’y a pas meilleur lait au monde, rien de pourra l’égaler, je dis bien rien c’est comme la gestation d’une enfant, jamais les scientifiques ne trouveront une façon de reproduire la matrice maternelle. J’en suis convaincue, c’est tout. Je ne supporte pas la désinformation et dans l’article de Prune, il est clair qu’il véhicule un ou deux éléments qui laissent à désirer et tu l’as bien noter : le manque de lait et le fait qu’il ne soit pas nourrissant. C’est archi faux.

Pour ma part, j’ai une petite fille de 13 mois, je l’ai allaité en mixte pendant 3 mois, ce fut la plus rude des expériences de ma vie, mon accouchement (j’ai eu la péridurale à 8, donc j’ai bien morflé avant) et ma montée de lait furent un paradis comparé aux tétées que j’appréhendais à chaque fois, j’ai vu deux conseillères en lactation diplômées et aucune n’a pu m’expliquer cette soufrance même en revoyant les positions, en me conseillant le lait maternel ou les crèmes pour cicatricer ou encore les téterelles et cerise sur la gâteau pas de problème du côté de ma fille et de sa prise au sein. Rien n’a pu me soulager et un moment donné il a bien fallu me résoudre à arrêter tout doucement (j’ai essayé plusieurs tire lait et j’avais juste l’impression qu’on essayait d’arracher mes seins, super l’expérience aussi… j’en sors juste traumatisée), ma fille étant habituée au biberon depuis le début au biberon n’y a vu que du feu. A partir de là, j’ai pu enfin me consacrer à l’aimer et non à la nourrir dans la souffrance et les larmes.

Malgré cela, je suis de nouveau enceinte et je retenterai l’expérience, tant pis si cela capote et tant mieux si cela réussi, j’appelerai d’autres personnes encore et toujours et peut-être on trouvera la solution pour que cela soit moins douloureux.

Maintenant je suis pour l’information mais pas pour le prosélytisme, ce sont deux choses différentes. En effet, je déteste autant les industriels que les extrêmistes de l’allaitement, ils font autant de tort à cette cause les uns que les autres. J’en parle d’expérience, comment peut on balancer comme
Sandrine S Comm C « Et choisir de biberonner, c’est choisir de privilégier votre santé mentale – et donc par répercussion celle de votre bébé – sur sa santé physique » je trouve cela infect comme prise de position, voilà c’est dit, le bien être du bébé est équivalent à celui de la maman, c’est un équilibre à adopter et celui qui croit que le bébé doit passer en premier et bien je pense que cela ne doit pas être le cas. Et oui son com a été publié chez Prune. Je me suis faite aussi agressé par Zhom et Dark Mama parce que j’ai osé dire que j’en avais marre de lire sur le blog de zhom que le LA est de la merde, chose déjà lue sur Maxi best of McMaman. J’en ai ras le bol. Le LA n’est pas l’aliment idéal pour le bébé, sa composition laisse à désirer, je suis la première à le décrier et mais il arrange bien des mamans comme moi et tant d’autres qui bien qu’informées n’ont pas eu d’autres choix (ou ont eu le choix, cela dépend du point de vue). Je sais que cette fin de commentaire n’est pas le propose de ton article mais je trouve que ton débat sur l’allaitement manque de recul, c’est bien l’info mais il faut arrêter de se prendre aussi au sérieux et dédramatiser. La nourriture ne fait pas le tout, la génétique, l’environnement, la nourriture ingérée pendant les reste de sa vie, les conditions de travail et de stress font en sorte que l’impact du LA est difficile à percevoir, tout ce que je peux dire c’est que je suis une enfant du LA et que je pète la forme, il en aurait été de même si j’aurais été allaitée, et non zhom si tu me lis, je ne me suis pas encore désintégrée et je n’ai pas encore du diabète :)

Sitefan dit :

Bonjour Saab :)
Je m’interroge sur ta réaction par rapport aux propos de Sandrine: qu’est-ce qui te choque quand Sandrine dit que les mamans qui choisissent le biberon le font d’abord pour elles? (parce qu’elles ne sentent pas l’allaitement,…, parce qu’elles n’en n’ont pas envie tout simplement). Ca ne signifie pas que ce qu’elles font est mal! C’est juste la réalité. Et ça ne remet pas en cause non plus le fait que si maman est bien alors bébé sera mieux aussi :). ou quand elle dit que c’est, en comparaison, moins bénéfique pour la santé de bébé (même si ça ne veut pas dire que cela va lui nuire, nuance importante évidemment). Je te pose la question car c’est ce que moi je comprends dans la phrase que tu cites… bon c’est vrai que c’est peut-être un peu « cru » ou « raccourci » (pardon Sandrine :)) mais je pense sincèrement qu’il n’y a rien de choquant derrière… :)

saab190780 dit :

elle sous entend impicitement que ce ne sont que des hypocrites se voilant la face et cela je pense que c’ets pas cool du tout.

Working Mama dit :

Bonjour Saab,

En fait, si je comprends ton commentaire, ce n’est absolument pas mon propos ici ni nulle part ailleurs. Tu peux éplucher le blog, je parle beaucoup d’allaitement mais je crois bien ne jamais avoir parlé des laits artificiels avant ce billet. Si ma mémoire est bonne. Je n’ai rien contre les femmes qui donnent le biberon et à chaque fois qu’on a discuté de ça ici ou sur ma page FB, ce n’était jamais dans le but de dire « bouh, vilaine méchante qui donne le biberon! ». Non, ça a toujours tourné autour de thèmes précis, le dernier en date étant de savoir quels étaient les arguments qui avaient joué en défaveur de l’allaitement chez les femmes ne l’ayant pas choisi.
Je ne crois pas faire de prosélytisme, du tout. Parler de l’allaitement, le défendre, le soutenir, espérer que les futures mères feront ce choix ne signifie pas faire du prosélytisme. Pour moi c’est juste me de dire que le petit bébé qui naîtra aura droit à ce que la nature a prévu pour lui, et espérer que la femme trouvera dans ce geste ancestral une utilité et un bienfait, comme c’est prévu à la base. Beaucoup de femmes donnant le biberon s’insurgent quand on dit ça. Pourtant, qu’y a-t-il de faux dans cette phrase?
Donc qu’on ne se trompe pas de débat, et qu’on ne se trompe pas sur mes propos: je déplore effectivement que dès que l’on parle de la beauté de l’allaitement, de sa supériorité incontestable, ou quoi que ce soit en sa faveur, beaucoup de femmes donnant le biberon se sentent directement cataloguées comme mauvaises mères. Ca n’a rien à voir. Mais quand on fait un choix, il faut l’assumer en entier. Essayer de démontrer que le lait artificiel c’est finalement pas plus mal que le lait maternel par tout un tas de moyens et notamment par le dénigrement permanent de l’allaitement et la diffusion volontaire de certaines infos fausses nuisant à son image au profit de celle du biberon, c’est se mentir et c’est mentir aux autres.

Donc voilà, dans ma tête les choses sont très claires: que le biberon soit donné par celles qui le veulent, soit, mais que l’on parle de l’allaitement en des termes mensongers (volontairement ou pas) et qu’on n’accepte pas ensuite d’entendre quelqu’un rétablir la vérité sous prétexte que c’est culpabilisant, là je dis stop. Et je continuerai d’informer et de rétablir les vérités à chaque fois que ce genre de discours croisera mes oreilles.

Sitefan dit :

je pense que certaines le sont (j’en connais eh eh! ;)) mais il ne faut très certainement pas en faire une généralité ce qui serait très injuste à mon sens aussi je suis d’accord! :)

Working Mama dit :

Après, concernant le fait de se voiler la face, je ne pense pas. Mais j’oserais avancer une proportion énorme de femmes qui font ce choix sans savoir ce qu’elles donnent à leur bébé, quelle est la composition exacte des préparations artificielles qu’elles utilisent pour remplacer leur lait. Certaines femmes, jeunes femmes, aujourd’hui en 2012, croient encore que le lait artificiel est « maternisé », traduire « rendu comme le lait maternel » (heureusement que cette appellation est interdite aujourd’hui, elle est tellement mensongère!), d’autres pensent que ce n’est pas du lait de vache et d’autres, encore pire, pensent que c’est du lait maternel en poudre (!!!). Pour en arriver à un tel point d’erreur, il faut vraiment que la publicité et l’information donnée tout au long de la vie de ces femmes soit des plus orientées, des plus manipulées et des plus fausses.

On dit souvent « oui d’accord, je donne pas mon lait, mais je donne « The next best thing ». La deuxième meilleure solution. Même pas. La deuxième meilleure soution, ce serait le lait d’une autre femme, puis du lait de jument, puis le lait de chèvre, puis seulement après le lait de vache. Malheureusement la première est inenvisageable pour beaucoup (moi la première, sauf besoin impérieux et question de survie de mon bébé)et les deux suivantes coûteraient trop cher (le lait de jument, tellement proche du lait maternel qu’il est utilisé parfois en services de néonatologie, se vend aux alentours de 40€ le litre). Mais qui sait ça? Personne. Tout le monde reste convaincu que le lait de vache est la seule alternative et la meilleure possible. C’est absolument faux. Ca fait peut-être pas plaisir, mais c’est vrai, et personne ne le sait parce que toutes les entités produisant les préparations artificielles n’ont absolument aucun intérêt à ce que ça se sache.

Information, information, information.

saab190780 dit :

et bien si ces femmes pensent vraiment ce que tu avances, ce sont des idiotes tout simplement, il suffit de lire la composition sur la boîte, rien n’y est caché (sauf peut-être pour l’aluminium, hum…), impossible de sauver tout le monde même avec les meilleures intentions du monde.

Je veux dire que ce que tu mets en exergue cela est valable pour tout dans notre société de consumérisme, pour tout, même les produits bio sont emballés dans des plastiques remplis de phtalates et comme il suffit de toucher pour être « contaminé », le papier recyclé c’est pas bien car il contient toujours des encres toxiques nocives pour l’humain, il y en a des millions d’exemple de cet acabit, c’est tout simplement énorme… chaque aspect de nos vie de consommateurs sont dans les mains des lobbys, j’en ai de trop conscience mais je me permets de vivre et de ne pas me focaliser sur cela aussi non et bien je ne vivrai plus et d’ailleurs plus aucun de nous ne vivrait. On fait ce qu’on peut et non ce que l’on veut, c’est plus vrai que jamais.

Working Mama dit :

Oui, tu as tout à fait raison. Tout est sujet à inquiétudes aujourd’hui, c’est pourquoi je pense qu’il faut se placer des priorités. Connaître ses limites et savoir ce que l’on peut accepter de faire ou pas , de manger ou pas, de faire manger ou pas. Chacun en son âme et conscience.
Par contre, pour les compositions…je serais curieuse de savoir combien lisent les étiquettes, vraiment. Je pense qu’on aurait de sacrées surprises.
La lecture de l’étiquette n’est pas utile, parce que les pubs le font pour nous. « Après le vôtre, probablement l’un des meilleurs laits ». Pourquoi lire, puisqu’on nous dit que tout est bon dedans?
Vraiment, ça mériterait de chercher un peu pour savoir quelle proportion de consommateurs lit les étiquettes sur les produits qu’ils achètent, qu’ils soient pour bébé ou non.
Concernant l’aluminium, la réponse est simple: jusqu’à 10 fois la quantité autorisée dans l’eau potable. Deux chercheurs britanniques alertent depuis plus de 10 ans les autorités sanitaires européennes à ce sujet, ils ne trouvent que porte close et leurs études sont toujours, bizarrement, perdues avant d’arriver sur le bureau des responsables des politiques de santé en UE. Les lobbies font bien leur travail, ça c’est certain.

La Prune dit :

J’aime beaucoup ta réponse saab :-) et le commentaire dont tu parles, j’ai justement hésité à le publier, parce que je trouvais qu’il était un peu injuste pour les biberonnantes, mais je me suis justement dit, avant de venir sur ce blog, qu’elle avait droit à la parole également… je pense que la prise de position est personnelle, certes il y a sûrement un manque d’information – personnellement je ne demande qu’à apprendre – mais quoiqu’il en résulte il ne faut agresser ni un camp, ni l’autre… paix et harmonie :-)

saab190780 dit :

il vaut mieux tout publier même si cela est profondément injuste car aussi non tu seras taxée de prendre parti, voire pire d’être contre l’allaitement, et cela va apporter de l’eau au moulin des extrêmistes.

Princesss dit :

Bonjour,

Je ne viens pas ici relancer le débat mais je voudrais juste donné mon avis de « biberonnante ».
Tu commences cet article en disant que tu ne comprends pas qu’on puisse être contre l’allaitement. Et bien vois tu c’est juste cette petite phrase qui m’a le plus choqué. Parce que le débat sein/biberon j’en ai eu plus que ma part pendant toute ma grossesse et encore aujourd’hui quand ma fille à deux mois.
Parce que ce que je reproche aux deux camps c’est justement d’être « pour » ou « contre » quand au final la vraie question c’est : que veux la maman? Et que dans cette question il n’y a pas de « pour » et de « contre » et que quelque soit son choix on ne devrait jamais avoir à se justifier. (et ceci fonctionne dans un contexte hors maternité hein.)
Et juste pour info, j’ai personnellement choisi de ne pas allaiter mon bébé parce que rien que d’y penser j’en ai les poils qui se hérissent et que je pense que c’est quelque chose qu’il faut faire avec plaisir si on décide de le faire.
Et je ne me suis jamais permise de juger toutes les allaitantes que j’ai croisé et qui sont dans mon entourage et pourtant moi dès que j’évoque le fait que ça puisse me « dégouter » (le mot est un peu fort), je suis bonne pour une lapidation en bonne et due forme qui se finit toujours par un « mais bon c’est ton choix hein » plein de mépris. Alors que c’est un ressenti personnel. Cela ne me dégoûte pas que d’autres femmes allaitent, honnêtement je m’en fiche, chacun fait ce qu’il veut et je suis même une fervente « défenseure » des allaitantes qui se font regarder de travers au restaurant ou au parc.
Mais voilà dans l’autre sens ça ne marche jamais. Je n’ai jusqu’alors jamais rencontré une seule allaitante qui respecte mon choix et surtout respecte mon opinion sur MON allaitement (en l’occurrence mon non allaitement).
Tout ça pour dire que la censure, je connais bien aussi :)

saab190780 dit :

Les allaitantes « pures et dures » ne respectent jamais réellement le choix des biberonnantes et les catégorisent automatiquement comme des écervelées n’ayant pas eu l’information juste. Et si, on peut avoir l’information la plus juste et décider de ne pas allaiter. Point barre mais je crois que cela en défrise certaines. Personne n’est supérieur à l’autre qu’il décide ou non d’alaiter au sein.

Princesss dit :

Merci Saab :)

C’est bien la première fois que je n’ai pas l’impression d’être Ursula après avoir exprimé mon choix sur l’allaitement!

Sitefan dit :

Si ça peut te rassurer Princess, faut croire que tu n’es pas tombée sur les bonnes personnes parce que je connais de nombreuses allaitantes qui trouvent normal et d’1 que chacune fasse comme elle l’entend, et de 2 qu’on ne puisse pas allaiter parce que ça « dégoûte »: on ne peut pas lutter contre sa nature non plus quoi! ;) Désolée Julie de squatter ton blog! ;)

Nebullae dit :

Comme Working-Mama l’a expliqué un peu plus haut le contre dont elle parle n’est pas le contre que tu penses.
Tu n’as pas allaité par choix certes.
Mais es-tu contre l’allaitement ? Contre le fait que d’autres allaitent ? Contre la fonction naturelle du sein soit nourrir le petit ? Penses tu que l’allaitement devrait être interdit ?
C’est ça être contre l’allaitement.
toi tu n’es pas contre l’allaitement, tu ne veux juste pas allaiter. (à la limite tu es contre le fait que ton corps allaite ^^ )

Working Mama dit :

Oups, pardon, j’ai répondu en dessous car je n’avais pas vu ton intervention…merci pour le résumé :)

Working Mama dit :

Bonjour :)

Il aurait fallu que tu lises ma réponse au troisième commentaire, je détaille cette histoire du contre. Et donc, si je comprends bien ton commentaire, tu n’es pas contre l’allaitement. Tu ne le pratiques pas pour des raisons qui te sont propres mais tu n’es pas contre. Quand je dis que je ne comprends pas bien comment on peut être contre, c’est qu’il me semble difficile d’être contre quelque chose qui fait partie du corps dans sa constitution initiale. On peut en revanche décider de contourner cette constitution car le fonctionnement ne nous convient pas, mais être « contre » au sens réel et strict du mot « contre » me paraît compliqué.

Voilà pour la précision :)

Princesss dit :

Effectivement je ne suis pas contre, et j’avais bien lu ton commentaire, le mien étant axé sur le fait qu’il ne devrait pas y avoir de pour ni de contre tout simplement parce que chaque femme décide quoi faire de son corps et chaque maman décide avec le papa comment nourrir et élever son enfant.

Working Mama dit :

Ah bah je ne sais pas, tu disais que cette phrase t’avait choquée, donc je t’expliquais, pensant donc que tu n’avais pas lu le commentaire du haut où c’était déjà détaillé pour une lectrice :)

Princesss dit :

Ca m’a choquée dans le sens où je suis fatiguée (et oui à 25 ans déjà ^^) d’entendre sans arrêt les mêmes bétises dès qu’on parle d’allaitement, entre les pro allaitement extrémistes qui ne font que cracher sur le lait artificiel et dire que celles qui biberonnent sont des meurtrières en puissance (oui je grossis très fort le trait mais pour certaines on est vraiment pas loin) ou des flemmardes et les biberonnantes qui se cachent derrières des faux semblants par peur d’exprimer leur opinion, c’est juste désolant.

Working Mama dit :

Je vais te dire, c est surtout les allaitantes les grosses flemmardes hein. Perso quand je vois ce qu’il faut faire pour donner un biberon (compter, mesurer, chauffer etc)…la nuit ça doit franchement être du sport. Le sein c est un truc de feignasse. Je ne sais même pas combien de fois ma fille tète la nuit. Ça ne me réveille même plus. Je sais qu elle a tété car il y a un peu de lait sur le drap par exemple, ou sur son body. Mais alors combien de fois…aucune idée!

Delph Dolce dit :

Het!
J’allaite au sein ( oui je précise, parce qu on allaite aussi au biberon) depuis 3 mois et 20 jours, et je compte faire le plus long que ma Louloute désirera.
Ces articles insignifiants, bien qu’erronés, me sortent par les yeux.
Pour les raisons que tu cites d’ailleurs.. De nos jours je crois que l on peut avoir toutes les info possible sur l allaitement au sein ( pas comme il y a 10 ans, ou j ai dû arrêter plus que rapidement à cause de mauvais médecins.. ), les excuses ‘ j’ai pas de lait’, j’ai pas envie d’abimer mes seins ( ben fallait pas faire de gosse quoi)… Bref, tant d excuses de nos jours, avec lesquelles j ai du mal..
Et sortir ‘ j ai été au biberon, jamais malade, blablabla…
Oui ben heureusement que tous les bébés ne sont pas malades au bib -_- mais cela ne signifie pas que c est bien ( comme alimentation équilibrée ou non. certaines personnes grossiront, maigriront, auront des carences… D autres non..)
Je prêche une convertie lol mais je préfère me lâcher ici que chez la prune :)
D.

Vervaine dit :

Cela a été dit mille fois, mais je plussoie à nouveau ton article et te remercie. Totalement d’accord avec ce que tu dis. Il faut rétablir l’information juste, masi cela est souvent perçu comme des jugements; Comme on dit dans les cours de récré (et j’ai l’impression que parfois, certains forums sont comme des cours de récré, avec des infos bidon qui circulent trop bien -cf ton article sur les forums) « c’est celui qu’y dit qu’y est ». C’est souvent parce quon juge soi-même les autes qu’on se sent jugés par eux.
Il y a encore du pain sur la planche pour rétablir la vérité après des années de lobbying de compagnies agro-industrielles… Soyons fortes !
Vervaine (maman d’un petite puce de bientôt 18 mois, 18 mois au lait de maman!)

Chup’s dit :

Il y a quelque chose qui me gêne dans cette histoire, c’est ce concpet de « choix » de donner le biberon ou d’allaiter. Mais certaines avaient choisi d’allaiter, et ont commencé à le faire, avant d’arrêter, parce que c’était trop dur (trop de douleurs, trop de lutte contre les médecins ou l’entourage, trop de perte de poids du bébé etc.).
Souvent ces femmes sont bien renseignée sur l’allaitement, mais ça ne suffit pas toujours. Et c’est très culpabilisant pour elles.

Working Mama dit :

J’entends bien. Pour autant est-ce qu’il faut taire toute vérité sur l’allaitement, laisser véhiculer la désinformation, sous prétexte que celles qui pourraient tomber sur telle ou telle info juste en ayant précédemment essuyé un échec vont peut-être culpabiliser? A ce moment là, on ne parle plus de rien devant personne, tout le monde met la tête dans le sable et hop.

La politique de l’autruche ne mène à rien, et justement, rétablir l’information, ça peut aussi permettre à des femmes ayant raté leur allaitement de comprendre pourquoi, et sans aucun doute de se rendre compte que ce n’est finalement pas de leur faute. Que ce n’est pas leur corps qui a merdé, mais les conseils qu’on a pu leur donner. Que ce n’est pas elle qui ont failli, c’est ce qu’on leur a fait croire. Et que peut-être pour un prochain bébé, ce sera autrement plus simple.

Et puis je pense à celle qui voudraient réussir leur allaitement et qui ne lisent que des mensonges sur ce sujet. Elles ont besoin de ces infos là, pour justement ne pas se retrouver ensuite dans le camp de celles qui ont du arrêter malgré tout. Parce que c’est trop dur, quand on veut allaiter, de ne pas y arriver. Ca fait pleurer, ça fait mal dans le corps, c’est un vrai deuil à faire.

Alors oui, ça peut être culpabilisant pour certaines, j’en suis désolée. Mais ça peut en sauver d’autres, et le jeu en vaut la chandelle.

Sandrine S Comm C dit :

J’aimerais qu’on lise complètement mes commentaires avant de les traiter d’infect.
Pour moi, dire que la maman fait le choix de faire passer sa santé mentale – et donc le bien-être de son bébé – avant la santé physique de son bébé n’est pas un reproche, au contraire !
Je crois même avoir écrit dans mon commentaire que c’était un choix courageux.

Beaucoup d’allaitantes n’oseront jamais faire ce choix !

saab190780 dit :

désolée pour le terme d’infect, je le prenais dans un tout autre contexte, je l’ai en fait mal interpreté comme un reproche masqué. Je comprends ton point de vue : certaines ont donné le sein totalement à contre coeur et cela peut être d’un point de vue psychique destructeur. C’est un sujet tellement sensible et compliqué… pour ma part cela a été un crève coeur d’arrêter d’allaiter vers les 3 mois de ma poupée mais je n’arrivais pas à tisser des liens positifs avec elle et puis comme je ne stimulais plus assez ma lactation, cela s’est tari très naturellement… j’espère que pour mon futur enfant cela se passera mieux :)

Working Mama dit :

Ton commentaire m’interpelle Saab, est-ce que tu accepterais de développer un peu les raisons de ton arrêt précoce? Notamment, ce que tu dis sur le lien que tu n’arrivais pas à tisser, etc. Ce qui est intéressant c’est le parallèle presque contradictoire dans ton texte entre « un crève coeur d’arrêter » et « je n’arrivais pas à tisser de liens positifs ». Comme quoi ça ne se limite pas qu’aux hormones etc…à moins que ce ne soit indiscret de ma part, tu accepterais de m’en dire plus?

Nombre de vues: 208
Dernier Populaire