Messieurs, j ‘aimerais vous dire. #CharlieHebdo

Featured > L'humeur du jour

Messieurs, j ’aimerais vous dire.

Ne comprenez-vous pas ?

Votre violence n’a d’égale que votre aveuglement.

Ne comprenez-vous pas ?

2001, messieurs, vos prédécesseurs lançaient deux avions sur des tours, pensant ainsi mettre l’Amérique à genoux. 15 ans plus tard, ils sont toujours traqués, de toutes parts et en tous lieux, par toutes les forces Humaines libres, qui ne les laisseront jamais en paix.

2015, messieurs vous faites irruption chez Charlie, vous pensiez ainsi mettre la France à genoux. 15 ans plus tard, vous serez toujours traqués, de toutes parts et en tous lieux, par toutes les forces Humaines libres, qui ne vous laisseront jamais en paix.

Ne comprenez-vous pas ?

Tous ces rassemblements spontanés jusque dans les villages, tous ces crayons qui se lèvent, tous ces Charlie que l’on placarde, sur le moindre centimètre carré de mur ou de trottoir.

Messieurs, j ’aimerais vous dire.

Que l’on peut tuer des hommes, encore et encore. Assouvir ainsi, dans la bêtise et l’ignominie, une haine qui ne prend racine que dans l’ignorance et l’obscurantisme.

Que l’on peut briser des familles, encore et encore.

Meurtrir une nation, que chaque drame touche au coeur.

Mais les idées, messieurs.

Les idées.

Jamais, ne plieront sous vos ordres insensés.

Jamais, ne périront sous vos armes lourdes.

Mon pays, aujourd’hui, se réveille amputé.

Amputé de ceux qui représentaient cette Liberté dans laquelle nous nous vautrions sans plus la voir, tant elle est normale.

Mais à laquelle hier, au delà du drame, vous avez redonné une âme, et une force inouïe.

Messieurs, j ’aimerais vous dire.

La France, aujourd’hui, pleure ses victimes. Mais la Liberté, aujourd’hui, vous remercie. Parce que vous avez cru, en ce 7 janvier, la tuer pour de bon. Armés de votre seule folie meurtrière, vous avez envoyé 12 héros au Paradis, bien avant l’heure.

Mais ne comprenez-vous pas ?

“On reconnaît le bonheur, paraît-il, au bruit qu’il fait, quand il s’en va”, chantait Renaud il y a déjà bien longtemps. En assassinant Charlie en ce 7 janvier, le bruit de la Liberté à l’agonie a résonné tant et si bien, dans tous les coeurs et tous les foyers, que la France, loin de s’agenouiller devant votre terreur armée, s’est rassemblée dehors, partout, dans la paix et le silence, à la lueur des petites flammes tremblotantes de milliers de bougies, pour vous envoyer son message.

Ne comprenez-vous pas ?

Que la France, si elle est meurtrie aujourd’hui comme jamais, ressort grandie de votre barbarie.

Toujours plus forte.

Les crayons levés, partout, les idées bouillonnantes, toujours, contre vos fusils lâches.

Je sais que vous reviendrez, ailleurs, autrement, plus tard.

Jamais vous ne cesserez d’essayer de nous enfermer dans vos idéaux d’un autre âge.

Cependant Messieurs, j ’aimerais vous dire.

2015. Vous avez assassiné Charlie.

Vous avez cru pouvoir coucher nos âmes libres.

Attendez-vous dès lors à retrouver la France,

Plus que jamais,

Debout.

Je suis Charlie.

10919017_1584211315143519_4015708539644755395_n

Dessin : Stéphanie Blake (https://www.facebook.com/stephanieblake)

VOS MESSAGES
Un commentaire
Laisser un commentaire

lily dit :

si bien écrit, si bien dit, merci de partager mon ressentie.

Marjolaine dit :

Merci pour ce billet fort et juste !

Mon Papillon dit :

Magnifique !

La Bobine de Bois dit :

Vous avez écrit un texte intelligent, pacifique, que je ne peux que partager, tant il reflète ce que je ressens profondément. Peut être est-ce le renouveau de la France dont nous sommes si fiers…

cathy dit :

tres emouvant et très bien écrit. merci

Elodie dit :

Si bien écrit…merci pour ces mots si justes

Maya dit :

Merci Julie pour ces mots

Sitefan dit :

Oui. Debout.

ce dit :

Controverse: De qui parles tu quand tu dis « vous », à qui t’adresse tu pour les tours en 2001 aussi?
Tu dis qu’on ne les laissera jamais en paix, alors tu veux leur faire la guerre, les traquer?
Pourtant tu as l’air de savoir que la haine engendre la haine…
Le travail commence donc là…!
L’état traque la population par la peur et obtient d’elle ce qu’elle veut.
Le rassemblement des gens autour de cette tragédie profite à qui??
Réveillons nous!!!
Où nous serons à l’aube d’une grande guerre civile.
C’est maintenant!
« »Sois le changement que tu veux voir dans le monde » »
C’est à nous de traquer les vrais fautifs, ceux qui nous gouvernent, nous ne sommes pas libres, ce n’est pas vrai, nous ne vivons pas dans une démocratie!!!
Mais dans une ploutocratie.
Et dire qu’il suffirait que les gens arretent d’acheter, pour que ca arrete de se vendre: COLUCHE

Working Mama dit :

Très étonnant ce commentaire. As-tu bien lu mon texte? Je n’en ai pas l’impression. Où lis-tu de la haine, peux-tu m’en citer un exemple?
Traquer quelqu’un ne veut pas dire lui faire la guerre, mais simplement ne jamais cesser de chercher ces gens pour les empêcher d’agir, et pour les faire répondre de leurs actes. Ca s’appelle la justice, pas la guerre. Tu parles de « vrais » fautifs, pour toi ceux qui ont tué les journalistes ne sont pas de « vrais » fautifs? Pourquoi opposer leur action à celle de nos gouvernants? Ils sont peut-être effectivement tous responsables, politiques comme assaillants, mais ça ne change rien au résultat des courses.
Lorsque je dis « vous », je m’adresse aux deux hommes qui ont attaqué le journal, à qui d’autre? Ce sont eux que j’appelle Messieurs, et à qui je m’adresse dans ce billet. J’ai écrit ma réflexion à la manière d’une conversation avec eux, calme, polie, et sans aucune animosité. Une réponse pacifique et posée à un acte barbare et inacceptable.
Très loin de moi l’idée de leur faire la guerre, tu me prêtes des intentions haineuses qui sont complètement à côté de la réalité et je ne vois pas comment tu peux tirer de telles suppositions en lisant mon texte, à moins de chercher la petite bête. Par contre, je souhaite de tout coeur que la Justice puisse oeuvrer. Que ces hommes soient retrouvés, arrêtés, jugés, comme toute démocratie agit face à ceux qui lui portent atteinte. Et pour que Justice soit faite, il faut trouver les coupables, même si les sortir de leur cachette doit prendre 15 ans ou plus. Voilà le sens du mot traquer, il n’est pourtant pas difficile à comprendre.
Et d’ailleurs, tu me parles de haine, mais tu as l’air d’en avoir bien plus que moi à évacuer.
Je n’ai aucune haine envers ces gens. Pas le moindre gramme. Mais une volonté claire et nette qu’ils comprennent qu’on ne se laissera pas faire, quitte à créer 12000 Charlie Hebdo pour continuer à caricaturer leur folie.
Voilà, le sens de mon texte.
Bonne journée.

fessefouillie dit :

Je vois pas en quoi la France sort grandie de voir qu’elle s’occupe tellement bien de ses enfants qu’elle en fait des fous furieux désespérés pareils perso.

Nombre de vues: 97
Dernier Populaire