Maman travaille

Au bureau

« Je sousignée, WM, autorise Madame NounouNelly à accueillir cette ChouChou à son domicile en qualité d’assistante maternelle agréée et aux conditions prévues par le présent contrat ».

Il y a des fois où on ne fait pas toujours ce qu’on veut. Notamment quand il s’agit de concilier vie privée et vie professionnelle. On aimerait pouvoir rester avec ses enfants, s’en occuper soi-même, tout en travaillant quand un seul revenu ne suffit pas.

De plus en plus de femmes confrontées à cette problématique font alors le choix de créer leur entreprise, pour pouvoir travailler de chez elle et ainsi garder leurs enfants dans le même temps, ou bien pour être suffisamment flexible pour que leur travail ne vienne pas occulter leur vie de famille: les rendez-vous chez le pédiatre ou les absences de la maîtresse ne sont plus un casse-tête de plus sur le planning. Tout est plus souple, on gère soi-même la semaine et les imprévus, sans avoir à demander l’aval d’un supérieur hiérarchique.

Et parfois on se dit qu’on pourra travailler avec bébé, pendant les créneaux de sieste, et quand il sera bien sage à jouer sur son tapis d’éveil au pied du bureau de maman. Qu’on pourra quand même traiter les 20 mails quotidiens, rédiger les 3 devis hebdomadaires, assurer les 15 coups de fil mensuels.

Je me suis dit cela, au début

– Tu choisis quoi, comme mode de garde?
– J’en choisis pas
– Ha? Mais comment tu vas faire?
– Dans un premier temps elle va rester avec moi, je travaillerai pendant son créneau de sieste et quand elle sera bien sage à jouer sur son tapis d’éveil.
– Mais tu penses que ça va être possible?
– Ben on verra. Si c’est pas gérable, j’aviserai. Si ça fonctionne, ce serait dommage de la faire garder si on peut l’éviter.
– Moui, moui, ok.

Je passais pour une extra-terrestre, à chaque fois. Mais je ne m’étais pas trop mis de pression: ça marche, c’est super, ça marche pas, tant pis et on prendra une nounou. J’aurais aimé réussir à faire comme certaines des mères freelances que je connais, pouvoir garder ma fille avec moi, passer du boulot au bébé, du bébé au boulot, 10 fois dans la journée et que ça fonctionne, que le boulot avance quand même. J’ai essayé. Ca n’a pas fonctionné.

Je fais un boulot technique et créatif. Je développe des sites webs, je crée des graphismes…j’ai besoin de créneaux de travail importants où je peux me plonger dans ma feuille de code et n’en sortir que quand les 400 lignes de mon objectif sont rédigées et que j’ai contrôlé le bon fonctionnement de mes instructions. En m’arrêtant en plein milieu, je perds le fil et quand je le récupère, il faut que je contrôle tout ce qui a été fait pour reprendre mon développement sans erreurs. Je pers un temps fou. Et avec ma fille dans les jambes, je m’arrête 5, 10, 15 fois par jour, pour finalement me dire que ça me fatigue et que je finirai « demain ».

Et demain arrive, et le scénario se répète. Je finirai encore demain. 15 demains sont passés, et je n’ai pas ou peu avancé. Je fais attendre mes clients, je me fais attendre. Je me retrouve, alors que depuis trois ans je m’étais fait une obligation de garder une séparation stricte entre mon boulot et ma famille, à travailler en maternant, à materner en travaillant.

Et je déteste ça

Ni à 100% sur mon boulot, ni à 100% avec ma fille et le résultat est tout à fait insatisfaisant. J’aime mon boulot, j’aime mes clients, et je veux retrouver ce qui avait, aussi, monté ma réputation dans mon réseau professionnel: travaille vite, disponible, à l’écoute. Au lieu de ça, un coup de fil aujourd’hui ressemble bien plus à un sketche de Florence Foresti qu’à un entretien professionnel…tant de travail depuis 3 ans pour risquer de tout perdre – et de devoir tout recommencer – il n’en est pas question.

Il faut ramener des sous à la maison, j’ai la chance d’avoir une entreprise qui a toujours bien fonctionné, qui m’a toujours dégagé un salaire décent, d’avoir des clients suffisamment satisfaits de mon travail pour ne pas aller voir ailleurs alors même que je me suis arrêtée complètement pendant 6 mois. Et il faut que ça continue. Alors il y a trois semaines, je sortais du Relais Assistante Maternelle de ma ville avec sous le bras la liste des 270 ( oÔ ) assistantes maternelles de mon secteur, bien décidée à trouver la perle.

Après avoir ciblé mes recherches par quartier, armée de ma liste de 25 nounous potentielles, je décrochais le téléphone. La première fut la bonne, c’est ce qui s’appelle avoir le cul bordé de nouilles. Accepte le lait maternel, respect du rythme de l’enfant, motricité libre (j’y reviendrai dans un prochain billet), ne laisse pas pleurer, accompagne le sommeil, petits aménagements dans l’esprit Montessori à plusieurs endroits de l’appartement. N’est pas contre le portage si ma fille a du mal à dormir seule, et si je lui laisse un porte-bébé. Le cul bordé de nouilles donc. Un premier rendez-vous la semaine dernière avec Lou, une heure et demie d’entretien, ma fille passera 20 minutes sur ses genoux à jouer avec ses cheveux.

Trois jours plus tard, nouveau rendez-vous, GrosChéri avec nous. Pendant près de 2h, Lou jouera par terre avec la petite fille de 2 ans et demi déja gardée chez NounouNelly. Comble de la chance: elle est à 400 mètres à pied de la maison. A la fin de ce rendez-vous, il est assez clair qu’on ne va pas chercher plus loin…et ce matin, vendredi 28 septembre, je revenais une troisième fois pour signer le contrat.

L’adaptation commence lundi…puis Lou sera gardée tous les après-midi de 13H30 à 18h30. Ainsi, je vais pouvoir retrouver mes créneaux de travail où je n’aurai à me soucier que de mon travail, et mes créneaux de bébé où je n’aurai à me soucier que de mon bébé. Ainsi, quand je quitterai mon bureau le soir à 18h15 pour aller chercher ma fille, je le quitterai pour de bon jusqu’au lendemain 13h45. J’ai hâte de retrouver la sérénité du travail fait dans les temps, et de ne plus me dire « bon, quand est-ce qu’elle dort que je puisse bosser?!? »

Depuis trois semaines que cette décision de garde a été prise, je prépare le terrain: j’ai loué un tire-lait chez Grandir Nature pour que ma fille continue de profiter de notre allaitement même hors de la maison, j’ai acheté un petit livre de recettes au lait maternel pour varier ses goûters, préparé des compotes d’avance….je reparlerai précisément de tout cela dans quelques temps.

Dans cette histoire, je suis très sereine

Autant, quand elle était encore toute petite, l’idée de la faire garder me terrorisait. Elle était encore allaitée exclusivement, pleurait dès qu’elle quittait mes bras…aujourd’hui elle passe des heures à jouer par terre, commence à goûter autre chose que le lait maternel, apprécie d’aller vers les autres et tend même les bras pour être portée par les gens qui nous entourent. Lors du second rendez-vous avec NounouNelly, elle a très vite tendu les bras vers elle et j’en ai été extrêmement rassurée.

Elle grandit. 6 mois, bientôt 7…je nous sens prêtes, toutes les deux, à nous séparer doucement un moment dans la journée.

Et ça commence dès lundi…

VOS MESSAGES
Un commentaire
Laisser un commentaire

Opti’Mum dit :

Ah, quelle épreuve ! Moi j’ai réussi à tenir jusqu’à ses 11 mois et j’ai dû commencer à la faire garder. Les premiers temps j’avais constamment l’impression d’oublier quelque chose, de la chercher du regard, ça commence à passer un peu mais c’est toujours aussi dur après presque 1 mois à raison de deux matinée par semaine ! Mais bon, quand on n’a pas le choix, on n’a pas le choix ! bon courage !

Sophie DelaC. dit :

Courage ! ces petits bouts font parfois preuve d’une surprenante capacité d’adaptation. C’est sans doute plus facile pour eux que pour nous. J’ai « confié » mon bébé, il avait 5 mois, il était toujours allaité à 100%. Nous aussi nous avons eu un vrai coup de cœur pour notre nounou. Ça a permis de passer ce cap assez sereinement. Je dis « assez » car malgré la confiance que j’avais envers elle, j’avoue avoir versé ma petite larme plusieurs fois au début sur le chemin du travail, rongée surtout par la culpabilité. Mais comme tu le dis, lorsqu’un seul revenu ne suffit pas, quand il faut y aller, faut y aller ! Alors je me dis que cette expérience lui permet d’apprendre à vivre avec les autres, il joue avec des jouets que nous n’avons pas à la maison et les instants de retrouvailles n’en sont que meilleurs :)

thity_67 dit :

Eh bien, WM, si je peux te rassurer. Voilà plus de 2 ans et demi que je combine maternage et boulot. Ça marche plutôt pas trop mal même si j’ai des moments de relâchements. Mais je te comprends ô combien quand je te lis. Bébé qui pleure quand tu es au tel avec un client (et curieusement elle a choisi précisément ce moment là pour s’exprimer), essayer de faire un travail graphique quand tu as 2 puces qui demandent à venir sur tes genoux (tu ne connais pas encore ;), et les clients qui téléphonent pile au moment du repas pour tes filles. Oui, je connais et je pense que tu as fait le bon choix. Moi, j’attends les moments de sieste et de dodo pour avancer véritablement dans mon travail et ça marche plutôt bien. La séparation sera plutôt dure, mais promis, tu seras heureuse de retrouver ta pitchounette à 18h15 avec le sentiment d’avoir bien avancé dans ton travail !! :)

Elodie dit :

Ton billet tombe pile au moment où je commence à me dire qu’il va falloir sérieusement se mettre à la recherche de LA nounou. Et je sens d’avance que ça ne va pas être facile, entre les coups de téléphone, les « entretiens » et surtout la séparation… pff, je n’ai vraiment pas envie !
Et puis j’avoue, je suis tombée il y a qq jours sur une émission « le jour où ma nounou a perdu le contrôle », avec des témoignages de mamans qui ont vécu le pire avec leur nounou… ça m’a un peu refroidie !

En tout cas, tu es sereine, alors c’est déjà ça, en plus d’avoir pu trouver une telle nounou, voilà de quoi être rassurée. Courage tout de même pour lundi :)

pauline k dit :

Ah tout ce que tu racontes, ça me parle forcément!!!
J’ai deux jours par semaine pour bosser. C’est ma maman qui fait la nounou. C’était comme ça avec le premier aussi. Il va à l’école maintenant.
Les 3 autres jours, je combine maternage et boulot. Pas facile mais ça me convient. Je pars vraiment du principe que je ne travaille pas en journée quand elle est réveillée. Uniquement durant la sieste et le soir quand mon homme rentre. J’ai changé ma manière de bosser, je suis plus rapide et plus efficace qu’avant. Pas le choix, je n’ai plus la possibilité de passer plusieurs heures sur une créa ;)
Certains jours, c’est dur. Je bosse presque tous les soirs et les weekends. Mais c’était un choix bien réfléchi et je ne regrette pas.
Je comprends ta décision. Tu sembles sereine et ça c’est super!
Retrouver du temps rien qu’à soi, surtout un boulot que tu aimes, c’est si important.

fanny dit :

Céleste à 6 mois. Je suis allée voir la première nounou de la liste, à 1km200 de chez moi, et … je crois que c’est la bonne. 1er essai lundi. Je tourne aux fleurs de bach mais je crois que moi aussi, j’ai le cul bordé de nouilles!!

Notre Bulle à Nous dit :

comme je te comprends
la séparation n’est pas toujours facile, surtout pour les mamans
j’ai versé ma larme en septembre, en laissant mon dernier bébé à l’assistante maternelle qui nous suit depuis 5 ans
lui était ravi et il l’est toujours
moi j’apprécie de le retrouver le soir
bonne chance à vous

homesweetmome dit :

C’est important d’avoir une assistante maternelle en adéquation avec vos idées. Nous on avait choisi trop vite et on a supporté 10 mois de garde relativement désagréable.
Le rythme 13h30-18h30 me semble très équilibré, c’est chouette ! En tout cas, je comprends, moi-même je prépare mes cours avec ma fille à la maison et je trouve ça très dur !!!

Elodie dit :

C’est très important de trouver LA bonne assistante maternelle!Vous avez les memes idées et c’est parfait!Bon courage quand meme pour le 1er jour, ca ne va pas être facile! et juste pour savoir, c’est quoi que tu appelles motricité libre?

Happy Housewife dit :

En te lisant, je me dis que ce choix va certainement vous faire du bien à toutes les 2 ! Tu seras épanouie dans ton boulot, et ta petite va retrouver une maman plus disponible…
Bon courage pour demain !

100drine dit :

Tu as de la chance pour la nounou. J’en ai trouvé une qui me plait, mais pour elle, garder un enfant aux bras c’est le pourrir. Malheureusement mon Loulou pleure un jour sur deux chez elle, à l’heure de la sieste parce au « comme j’ai trois enfants à garder, si je ne leur donne pas de rythme, ça peut pas aller ». Mais sinon elle joue avec lui, le bisoute, le fait rigoler, et dès qu’il la voit le matin il sourit. En plus l’éducatrice jeunes enfants qui lui assure sa formation continue lui a dit que c’est normal qu’il ne soit pas rassuré, qu’il faudra du temps, et que, non, il n’est pas le seul enfant qui pleure parce que sa mere lui manque.
Et comme j’avais vu 8 assistantes avant de la choisir elle, que pas une seule ne portait, qu’elle accepte le lait maternel et peut-être les couches jetables, ben j’ai pas le courage d’en chercher une autre.
Quant au boulot, c’était dur au début, mais j’ai retrouvé le plaisir d’y aller et j’ai la chance que mes collègues aient accepté : que j’emprunte un autre bureau où je puisse être seule, que ma porte soit fermée trois fois par jour parce que je tire mon lait (et si y’a une urgence ils m’envoient un mail), que je parte à 17h45 au lieu de 19h30 avant Loulou, que je ne bosse plus le mercredi, que je sois asociale parce qu’il faut que je fasse en 4 journées de 8h30 ce que je faisais en 5 journées de 10h, vu que ce qui compte c’est pas la pointeuse mais les tâches à accomplir. Alors malgré le rythme de folie, les deux vies à mener, les biberons de LM à gérer, les réunions où je stresse parce que zut c’est déjà l’heure de tirer et mes seins gonflent et la réunion s’éternise, comme de plus en plus d’entre nous, je suis super contente d’avoir enfin trouvé mon équilibre.
Et le mercredi et les weekend, c’est portage, tétées et rigolades avec mon fils ++++.
Et le plus top, c’est que depuis qu’il a « parlé » avec l’éducatrice spécialisée, il fait même la sieste dans son lit à la maison, apres s’être endormi contre maman dans le sling, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 4 mois (il en aura 6 dans un semaine).

Alors courage pour les premiers jours de séparation. Ça rend encore plus précieux les moments qu’on passe avec nos p’tiots !

Maman Quark dit :

Ce que je retiens le plus dans ton billet, c’est d’avoir trouvé une nounou géniale !!
J’ai dû faire garder petit gluon 2 semaines (et ça se reproduira, quand j’aurai à nouveau un contrat, ailleurs, avec une autre nounou/garderie), et la nounou n’était pas du tout aussi chouette… Laisser pleurer dans son lit pour s’endormir (au retour, quelques crises de panique en voyant le lit à barreaux chez nous), agiter la main pour dire au revoir, essuyer la bouche avec des lingettes chimiques, insister lourdement pour faire manger un bébé qui pourtant pleure et refuse, et j’en passe probablement… Et encore, vu que j’étais en camping, je ne lui ai même pas parlé des couches lavables…
Donc laisser son enfant en ayant confiance en la personne qui le garde, c’est génial !!

Et je pense que tu vas retrouver un rythme de travail agréable, prendre du plaisir à ton boulot (enfin j’espère) et prendre du plaisir à t’occuper de cette Chou-Chou !

Bonne adaptation à toutes les deux à ce nouveau rythme !

Viollette dit :

Je ne suis pas le blog depuis longtemps, mais je me disais jusqu’à présent « chapeau, arriver à gérer un boulot d’informaticienne en maternant, il faut de l’organisation, de la mémoire, moi je n’y arriverais pas. » Déjà pour d’autres métiers où il y a moins d’efforts à faire pour se « remettre dedans » après un câlin ou un change de couche, je ne suis pas sûre que j’aurais réussi… Vous avez essayé, au moins vous n’aurez pas de regret. Et vous avez trouvé une perle pour garder votre enfant, du premier coup, veinarde ! Alors, bon courage pour la suite, je suis sûre que tout se passera bien.

lapetitevache2 dit :

ah que c’est difficile la question de la nounou ! moi, je suis en libéral, donc mon premier est arrivé chez la nounou à 5 semaines !!! et pour bb2 qui arrive en janvier, ce sera pareil. On a commencé à mettre le grand chez la nouvelle nounou depuis peu et ça se passe bien. Et c’est dejà la nounou d’amis pour qui ça se passe bien. donc entre la bonne opinion de nos amis et la présence du grand frère,je croise les doigts pour que ça se passe bien !

100drine dit :

Je reviens sur le post, vu que la situation a évolué, pour donner un conseil : si on ne sent pas franchement une nounou, ben faut pas la prendre.
La mienne vient de me lâcher en me disant : « vous le portez trop, et puis le truc de l’alimentation avec les morceaux (NDR : je commence à diversifier par diversification menée par l’enfant) ça me fait peur, on n’a pas les mêmes principes, je préfère arrêter ».
Je le sentais un peu, mais franchement, c’est la galère, maintenant que je bosse pour trouver une nounou c’est pas super. Bon, d’accord, là ça fait deux heures que je passe mon temps au téléphone pour appeler le service des crèches, des nounous etc pour avoir de nouveaux rendez-vous…
C’est dommage, au début je la sentais plutôt bien, mais elle m’a dit « je n’aime pas les écolos » (pfff, comme si maternage et écolos ça allait de pair, « on sera jamais d’accord ». Maintenant je comprends pourquoi mon fils pleure souvent avec elle, s’il la sent stressée…
Et pourtant, je lui ai répété 40 000 fois que non, elle n’avait pas à lui mettre les couches lavables si elle le sent pas, oui, elle peut lui donner des purées si elle a peur des morceaux, mais à chaque fois elle fait comme si je lui imposais les choses, alors que c’est moi qui recule (je fais même faire la sieste à mon fils les jours où je le garde aux mêmes heures qu’elle, pour le caler sur son rythme ; mais ça va pas non plus parce que « vous le bercez pour qu’il dorme, et vous le posez endormi, et ça va pas parce que moi je peux pas le bercer jusqu’à ce qu’il dorme ».
Bon, finalement, c’est pas plus mal qu’elle ne veuille plus de lui.
Mais ça va être galère pour trouver une nounou adéquate, j’ai un peu peur que le problème se reproduise.
JE VEUX UNE NOUNOU QUI PORTE !! mais elles sont super loin dans Paris, je peux pas passer mon temps dans les transports avec lui. Et en plus il n’y en a pas tant que ça…

Pardon, je me suis un peu épanchée, mais le moral flanche.

En tout cas j’espère que tout va bien pour la puce.

Isa Lise dit :

Super ! Avec un tel premier contact, tu as certainement trouvé la meilleure solution pour vous tous ! :)

Nombre de vues: 111
Dernier Populaire